Paroles de SDF

danse, peinture, poésie, réflexion ...
aurablue
Coévoluant
Messages : 857
Enregistré le : ven. 29 août 2008 12:13
Localisation : haute savoie
Contact :

mer. 27 janv. 2010 09:54

Bon j'ai pas réussi à intégrer la video directement sur le post (JP de l'aide s'te plait) mais ca vaut le coup de la regarder!

Modifié en dernier par Jean-Pierre Martinez le mer. 27 janv. 2010 11:42, modifié 1 fois.
Raison : Voila la technique est ok ;)
Descente dans la matrice ♥
Avatar du membre
cernus
Coévoluant
Messages : 490
Enregistré le : mar. 22 juil. 2008 14:48

mer. 27 janv. 2010 11:00

Si même les SDF se mettent à écouter le silence, où va t'on :D Il ne faut pas croire : ce qu'il dit là, tout le monde s'en aperçoit de plus en plus, parce que le fouillis mental se dissipe de plus en plus et tout le monde reconnecte le haut.

Ceux qui réagissent en premier sont ceux qui sont déjà en rejet de la société (un sdf est par définition en rejet de l'endroit où il est à un certain niveau, vu qu'il n'y a pas de hasard et d'accident de vie en réalité) et ceux qui sont en souffrance de la société pour une raison ou une autre. D'une certaine manière quand on prend le temps de regarder à l'intérieur au lieu de s'agiter toute la journée, si on ne se laisse pas emporter par sa propre souffrance, on peut trouver des choses intéréssantes. (ce qui est le cas de cette personne manifestement).

Ceux qui ont une vie bien aseptisée et proprette auront plus de mal à lâcher. Par contre il a raison également quand il dit que ça se fera petit à petit et que nous n'en verrons probablement pas la couleur... mais comme rien n'est prévisible..

Effectivement les révolutions ne servent à rien, car celui qui combat le démon devient lui même le démon... avis aux guerriers :D
Bref ce monsieur a raison sur toute la ligne.. :D la sagesse n'est pas liée au niveau social ou au compte en banque...
Dieu à le sens de l'humour se dit petit pingouin en se regardant dans un miroir .. non ! le sens de l'amour répliqua le miroir !
Un petit pingouin.
aurablue
Coévoluant
Messages : 857
Enregistré le : ven. 29 août 2008 12:13
Localisation : haute savoie
Contact :

mer. 27 janv. 2010 11:23

mais comme rien n'est prévisible..
C'est ce qui fait la beauté de tout ça
la vie est en constant mouvement, je réalise en ce moment que mon mental est capable de mettre en place des stratégies très fines pour s'en protéger, stratégies qui s'appellent les habitudes et qui me rassurent tant. Et invariablement par contre, je me sens bien quand j'arrive à le repérer et le faire sauter. 100 fois sur le métier tu remettras ton ouvrage petit padawan, j'en ai des peurs à chasser!
Descente dans la matrice ♥
Avatar du membre
cernus
Coévoluant
Messages : 490
Enregistré le : mar. 22 juil. 2008 14:48

mer. 27 janv. 2010 13:15

La volonté de contrôle est ce qui est le plus dur à lâcher.
Ca se fait petit à petit dans le processus.. pour être remplacé au fur et à mesure par un abandon au rien .. qui se tient partout et en tout , est infinie intelligence, perfection, harmonie, et action juste (autre définition de l'amour inconditionnel?)... Mais c'est long et ne peut pas être forcé.. puisque vouloir ne plus contrôler, c'est essayer de contrôler :D

On ne peut que suivre le processus.. mais que veux tu ma pauvre lucette.. c'est le jeu :D
Dieu à le sens de l'humour se dit petit pingouin en se regardant dans un miroir .. non ! le sens de l'amour répliqua le miroir !
Un petit pingouin.
aurablue
Coévoluant
Messages : 857
Enregistré le : ven. 29 août 2008 12:13
Localisation : haute savoie
Contact :

mer. 27 janv. 2010 13:34

On ne peut que suivre le processus.. mais que veut tu ma pauvre lucette.. c'est le jeu
c'est ben vrai ca germain on a pas fini de s'amuser ! :mrgreen:


(merci JP!)
Descente dans la matrice ♥
elfia
Coévoluant
Messages : 133
Enregistré le : lun. 11 mai 2009 10:44

sam. 30 janv. 2010 13:44

Très belle parole que cette parole de SDF.
Il n'y a pas de révolution possible ni même souhaitable. Comme dit Cernus : celui qui combat le démon devient lui-même un démon.

extrait du livre "Le Très-bas", de Christian Bobin, écrivain du Creusot, en Bourgogne :

"Il y a un temps où les parents nourrissent l'enfant et un temps où ils l'empêchent de se nourrir. L'enfant est seul à pouvoir distinguer entre ces deux temps, seul à en tirer la conclusion logique : partir. Non pas lutter. Ne surtout pas lutter - partir. Rien n'est plus redoutable pour un fils que de mener une résistance, esprit à esprit, avec son père : s'opposer à quelqu'un, c'est se teinter plus ou moins de lui. Les fils qui se fortifient dans une lutte avec leur père finissent étrangement par lui ressembler au soir de leur vie."

A méditer, non ?
Elfia
Répondre

Retourner vers « Autres »