Esprits fins lecteurs

Musique, littérature, peintures, cinéma, land art, artisanat, photographie, danse...
Avatar du membre
Aurélie
Coévoluant
Messages : 27
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2011 16:54
Localisation : Yvelines
Contact :

Je soutiens les esprits de la nature qui lisent et écrivent. Ils sont de bons conseils à se livrer et livrer histoire, amour, transmission. Ils partagent ce qu'en retour nous sommes capables entre humains et eux. Nous nous apprenons mutuellement à ce que mots et molécules atteignent et transmutent l'adn en danse des sens.

Tatoué dans ma mémoire : L'espace vide de Peter Brook, Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë, Regain de Jean Giono et un dictionnaire.
De toujours : recettes de cuisine, cartes de vœux et le prénom écrit pour la première fois de son enfant. Vitraux et grottes, doigt traceur d'une carte devenus bd et guides du routard.
Du présent : à vous de me l'écrire car je suis voix haute. Je peux le lire ainsi à deux ou trois esprits humains à élever d'une ignorance, un trésor oublié, celui de leur sagesse au creux des lèvres quand le silence se fit d'un simple doigt.
Face à moi l’œuvre de Lacombe Georges au pays de Gauguin et Maurice Denis. D'une lueur s'en faire un allié pour que lumière sonde la notre.

Éternellement autre, à vos marques, tonnez du clavier et du bec. Passage obligé de l'esprit (théorie) à l'esprit (expérience) vivant le corps (pratique) avec pour sol romans et faits de société. Putain d'armure contredisant peau de chagrin puisque parchemin emprunte là où chair ceigne au front le piège de l'homme. :oops: :idea:

Textes, images et animations... ils sont trop forts ces esprits pour une petite tête. Heureusement qu'ils s'adaptent.

Et vous, que vous ont-ils soufflé ? Sur terre ou ailleurs. Auteurs non reconnus de ce monde et de natures multiples. Le triple A des Âmes Amies Artistes. Aussi aucune restriction. Liste longue, détaillée, chérie, foutraque, qui donne le sourire et le frisson : bienvenue. :D

Éléments insufflent Vie
Sang de Terre
Sans Mère
Cent Airs
S'en Foutre au nom des temps où Alexandrie en-tête de gondole fut brûlée.
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 742
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

Bonjour Aurélie,

J'aime la prose mais j'aime pas lire des bouquins de plus de 3 pages... :?
J'ai pas compris si ce post est dédié aux titres de bouquins, ou simplement là afin de partager quelques textes inspirés ?

;)
ChocoBilly
Avatar du membre
Aurélie
Coévoluant
Messages : 27
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2011 16:54
Localisation : Yvelines
Contact :

J’ai casé des titres d’accroches mais un seul suffit pourvu que l’esprit en demande aime : je les sais pourtant désireux de très longues histoires aux happy end.

De toi Choco Billy : une nouvelle d’une page. Et une correspondance connue publiée ou de famille.
Finis les blagues carambars ? Ouf, te reste les brèves de comptoirs.
Il arrive qu’une phrase nous trotte dans la tête sans savoir d’où elle vient. Fais lui honneur, l’esprit-auteur t’aidera à siffler un autre air que « j’aime - j’aime pas ». :D

Les esprits aiment les voix hautes et basses. Sans racisme primaire. L’inspir est intérieur, de ça, ils en ont marre. Écrivaillons leur « prose » soulagent l’homme.

Regain n’est que d’un homme mais sa terre et le crachat de la Mamèche lavant sa colère est à l’image de son titre.
De l’ailleurs je n’en sais foutre rien. Prêtons-nous à imaginer. Et si... :P
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 742
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

Moi pas tout comprendre :roll:
ChocoBilly a écrit :J'aime à penser que les mots n'ont pas de propriété.
J'aime à réciter des sentences connues et oublier sciemment leur auteur.
J'aime à recréer des mots enchaînés, chantés ou soufflés.
J'aime à croire qu'un paysan inconnu a déjà tout récité
Et que d'illustres auteurs rendent ses termes officialisés.
L'esthétique est de celle qui se contente de liberté,
Et qui se prive de lettres endossées, de marques estampées.
Yann29
Coévoluant
Messages : 28
Enregistré le : mar. 12 mars 2013 18:52

Désolé moi non plus ? ;)
Avatar du membre
Aurélie
Coévoluant
Messages : 27
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2011 16:54
Localisation : Yvelines
Contact :

ChocoBilly a écrit :Moi pas tout comprendre :roll:
ChocoBilly a écrit :J'aime à penser que les mots n'ont pas de propriété.
J'aime à réciter des sentences connues et oublier sciemment leur auteur.
J'aime à recréer des mots enchaînés, chantés ou soufflés.
J'aime à croire qu'un paysan inconnu a déjà tout récité
Et que d'illustres auteurs rendent ses termes officialisés.
L'esthétique est de celle qui se contente de liberté,
Et qui se prive de lettres endossées, de marques estampées.
Magnifique ! Toi mieux comprendre que moi au final. C'est tout ce qu'on aime. Continue.
Esprits jamais offensés sur le sujet, toujours heureux d'être officialisés, dans le texte, dans la langue et la matière heureuse des mots qui claquent aux dents.
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 742
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

Formule aire écrit
le 17/12/12, ChocoBilly a écrit :La formule se lit en essences infinies :
- univers céleste élève les barrières, réjouis toi de cela,
- activation des notions de choix de chacune des voies, saisis toi de ça et joues,
- art, chant, joie, l’essence du temps, naissent de tes pas, félicite toi.

La formule dictée, les arcs sont bandés, la flèche est engagée, la cible est visée.
Les archanges sont appelés, la voilure est brisée, la vie retrouvée de ces être oubliés.
Nous elfes, nous vîmes ces rimes volées,
Nous autres, nous reçurent ces flèches voilées
Et maintenant, c’est le vent qui souffle ces chants,
Ces murmures, comme avant où nous fument savants,
Ces lueurs, d’antan reviennent en avant
Nous autres, éléments, sommes là dans vos chants.
Nous, invisibles aux lois, établies jusqu’au ciel
Sommes découverts ainsi, enjoués d’émerveillement
Pour, ce don de Dieu qui a gardé
les fruits de la voie harmonie,
Telle une flèche, le chant traverse, le vent le pousse, le chant transperce,
De vive allure, s’ouvre la voilure, la lueur perce
La joie progresse dans le vent,
Formule ici dès à présent,
La vie des enfants éléments
Est de retour du firmament
Où la chaleur était une cible,
quand maintenant elle vit du vent.
Quand à toi qui n’écoute pas
Chante simplement et tout viendra.
Émets cette musique, danse l’aire du vent, rapproche le ciel de tes enfants.
Quand cette musique te reviendra
Entends seulement siffler le vent.
Le souffle d’un enfant élément, celui qui t’a été transmis
Le son sorti de l’air du temps, l’or qui jaillit des éléments,
Le vol d’une pensée enchantée
chassant un pas pour le suivant.
Avance ainsi au gré du vent,
Et suis le chant d’un chant d’antan,
Appelles les anges et souffles l’air,
S’envole la formule, vie chérie, chaleur de frère guidant tes pas,
Je suis un elfe qui chante pour toi.
Bonne journée !
Avatar du membre
Aurélie
Coévoluant
Messages : 27
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2011 16:54
Localisation : Yvelines
Contact :

Fée des ratures, ris-en :
Chute d’air dans le fond des mers
Oiseau d’hier venu en sirène dire
À l’elfe : de mes plumes à écailles
Comment me trouves-tu ?
C’est ton oeuvre en tête
Car au coeur sang humide d’argile
Vivait un feu bienheureux
Il dit, fédératrice.
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 742
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

De fines lectures par là : poemes-t2431.html
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 742
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

Parfois
ChocoBilly, le 10/04/2103, a écrit : Par grand froid, la lueur d’une lumière se fait connaître.
C’est elle qui réchauffe l’atmosphère, de sa seule présence.

Alors la flamme vacillante se réjouit : "je suis la seule allumée ici", et elle se demande quel est son rôle.
"Ne suis-je pas le seul endroit où il fait chaud ici ? N'incarne dont-je pas cette lueur tant chérie de ceux qui m’observent, tant convoitée ?"

Et elle se demande pourquoi elle ne brille pas en chacun de ceux qui ont si froid.
Ceux-ci se contentent de la prier, de se réchauffer à sa seule présence,
et d’autres plus avertis se permettent de l’invoquer ou encore de déplacer leur conscience en elle.

Parfois, elle voit des passants ayant si froid qu’ils ne la reconnaissent même plus.
Parfois, elle aperçoit sa petite soeur présente dans le cœur d’un passant.
Elle les interpelle : "Passant, va dire à la vie comment les hommes naissent par ses lois."

Et l’homme passe son chemin, parfois.
Modifié en dernier par ChocoBilly le mar. 14 mai 2013 14:33, modifié 2 fois.
Répondre

Retourner vers « Vos créations artistiques »