Eloge du jardin

Et vous ? Vos idées, vos créations, vos recherches, votre expérience, vos ressources.
Avatar du membre
petit scarabée
Coévoluant
Messages : 165
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 13:27
Localisation : Rennes

lun. 24 août 2015 19:29

Aujourd'hui, je voulais vous parler de mon goût pour le jardinage et de ce qu'il m'a permis de découvrir et d'apprendre, sur moi, sur mon rapport aux autres et à la nature, bref, plein de belles choses que je m'applique à cultiver (en plus des légumes, bien sur ;) ).

Rencontres :
Tout commence par des rencontres, forcément …
L’envie de me rapprocher de la terre était présente depuis quelques années mais, de multiples déménagements et un retour en appartement, m'ont un peu couper l'herbe sous le pieds (si j'ose dire :lol: ).
Et puis, j'ai rencontré une amie et son balcon potager et ça m'a redonné des idées et elle, elle m'a donné des conseils, et du matériel : 4, 5 jardinières à poser sur la rambarde de mes garde-fous et j'étais parti pour un été (tomates cerises, poivrons, piments, salades, aromatique et même des carottes ! Allez-y, lancez-vous, c'est facile !)
L'automne arrivant, je participe à une sortie sur les plantes sauvages comestibles, je m'ouvre à l'intervenante sur mon envie de jardiner. Elle a un copain qui occupe un champ où chacun cultive son petit coin. C'est trop bordélique et fouillis pour son côté carré, mais moi, ça me parle bien et ça tombe bien, son copain, j'habite au 45, il habite au 43 …

Passer à l'action dans la matière (puisqu'on vous le dit !)
Aux vacances de la Toussaint, je défriche mon petit lopin et je commence à faire mes buttes : quatre petites (1 mètre sur 4 ) buttes de cultures permanentes, à ma sauce, hein et jamais la même, on apprend bien qu'en répétant … C'est physique, mais ça me plaît. Je finis même la semaine au bord de l'épuisement sous le coup de l'excitation qui me pousse à l'insomnie et à force de courir derrière la brouette .

Patience (et vidage de vessie) :
Et puis, on termine, on se calme, on couvre la terre et on la laisse se reposer. On se plie au rythme des saisons. On patiente.

J'ai entendu depuis une conférence de JP où il expliquait que les femmes pouvait mélanger du sang de leurs règles à la terre de leur jardin, pour marquer le territoire, se lier à leur terroir. Moi, à défaut et sans le savoir, et en attendant le printemps aussi, j'ai uriné régulièrement sur mes buttes. Je ne sais pas si ça fait le même effet, mais en tout cas ça apporte de l'azote au moins.

Plaisir :
Depuis l'été j'en profite bien, j'ai même défriché un autre espace où je laisse courir mes courges … J'en profite aussi pour juste en profiter, ne pas être toujours le nez et les genoux dans la terre (meilleur pour le dos) à bosser, mais prendre le temps de lever la tête, d'ouvrir les yeux, d'admirer la beauté de ce qui m'entoure, cette diversité dans la végétation, les couleurs de ce ciel ouvert au dessus du champ voisin avec toutes ces teintes qui changent quand s'avance la nuit, les bienfaits du soleil sur ma peau quand je tombe le tee-shirt et que je me vautre sur les chaises de jardin défoncées, que j'empile l'une sur l'autre pour ne pas m'effondrer, pour lire un livre ou pour rien, juste pour laisser le temps passer et les oiseaux chanter, les pigeons qui s’ébrouent dans les feuillages, les deux buses qui tournent et crient en attendant leur festin, le chant des coqs, toujours, au loin, et les moteurs des Boeing qui passent toutes les demi-heures dans le couloir aérien … (Fallait bien que je mettes fin à ce passage lyrico-cul-cul-la-praline-cui-cui-les-petits-oiseaux par un retour à la réalité et à ses contraintes ... qui pour le coup sont tout à fait gérables au niveau sonore ...)

Partage :
Le jardinage est un monde de passionnés toujours prêts à en discuter et à partager : des graines, des plants, des récoltes, des recettes, des conseils, des savoir-faire, du temps, des histoires, des connaissances, des coups de mains, …
J'ai la chance d'être dans un jardin/champ partagé avec une quinzaine de personnes représentant une belle diversité : âge, sexe, « situation de famille », « statut social », histoire personnelle, rapport à la société et j'en passe … Un s'y connaît en « mauvaises herbes » comestibles (Oh là, attention avant de biner ! ), une autre en préparation d'infusion, un autre encore en taille des fruitiers, un dernier peut-être en apiculture, pleins de savoirs à partager pour certains et à découvrir pour d'autres (moi)

Respect (en vrac) :
Respect du temps nécessaire pour qu'un légume pousse et arrive à maturité : une vraie école de patience et d'humilité face à la nature, une réflexion sur sa juste place d'humain par rapport à elle/Elle …
Respect et fierté du produit fini qui forcément modifie son rapport à l'alimentation (et force à se creuser pour cuisiner aussi, pour ne rien perdre) en y introduisant quelque chose de l'ordre du sacré.
Quelle différence de texture, de fraîcheur, de conservation et de goût entre le « récolté du matin dans son jardin » et le « acheté au magasin » (même pas rapport à mon bon maraîcher du marché …) Rien à voir ! (Grosse notion de plaisir, du coup, aussi/surtout)


Il y a un truc dont je n'ai pas encore parlé, alors qu'on est sur le forum du site « espritdelanature.fr » quand même !
Je ne ressens pas (encore ? vraiment? beaucoup ?) tout ce petit monde-là, mais je sais qu'ils sont là, et qu'ils s'occupent de ce petit coin de terre avec moi, alors, à défaut, je leur parle et je les remercie. (une question de respect, encore).
Et je parle à mes légumes aussi ! Je les encourage, je les félicite (Oh que tu es belle ma petite courgette, que tu as bien poussé mon petit melon, des trucs dans le genre …)

Bon j'arrête-là, j'espère que je vous ai donné envie. (euh, peut-être pas avec les coté schizo qui parle à ses haricots)

En tout cas, j'invite tout le monde à mettre les deux mains, les deux pieds (et le reste, c'est vous qui voyez) dans la terre !

Petit scarabée (jardinier)

PS : Le gratin de butternut, ça déchire ! Essayez !

PS 2 : A vous, racontez-nous vos belles histoires de jardins aussi !
sofie
Coévoluant
Messages : 981
Enregistré le : sam. 23 janv. 2010 23:29
Localisation : Limousin
Contact :

ven. 28 août 2015 00:08

Salut !

je me retrouve bien dans ce que que tu viens d'exprimer et j'y rajouterais, depuis 3 ans que je fais un potager (ou y participe),satisfaire un besoin lié à la survie , à savoir nourrir ma famille en faisant un max de conserves avec les produits frais. C'est un peu irrationnel parce que j'aime manger les produits de saison, alors le gratin de courgettes ou les tomate farcies en Février , ça colle pas trop ...
Peut être parce qu'on est devenu "performants" avec les légumes d'été , plus qu'avec les poireaux ou les légumes racines ...
J'ai pensé à ton post avant hier en faisant mes barquettes de tomates, ratatouilles et autres :D
Je me dis que ce n'est pas grave ! je suis dedans vue que je rénove ma maison également et que je construit notre nid douillet , je suis à fond dans le chakra 1 ! alors autant y aller carrément ! : )

L'avantage avec le jardin c'est qu'on est complet ! je travaille donc la survie, la créativité, l'échange et le partage avec mes voisins , j'y met tout mon cœur, je chante en jardinant, je m'exprime, je parle aux légumes et je râle après les limaces, je demande de l'aide aux énergies présente pour l'arrosage et la disposition du jardin et finalement je me rends compte que je ne fais qu'un avec tout ça et ça me parle !

Des bisous
Avatar du membre
petit scarabée
Coévoluant
Messages : 165
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 13:27
Localisation : Rennes

sam. 29 août 2015 14:24

Merci sofie pour ce retour ...

... et pour les idées cuisine/conservation (j'écris ce message pendant qu'une tournée de ratatouille mijote ... Pleine saison des tomates par chez moi, faut être inventif parfois, ou aimer manger 3 tomates par jour, ou en donner à droite à gauche, pour ne rien perdre ! Sinon il y a le compost et le retour à la Terre aussi, mais ce serait dommage quand même)

Ton message me parle bien sauf pour le mot "survie" mais je pense qu'on ne met pas la même chose derrière, que tu y mets ce que moi je mets derrière le mot "autonomie", autonomie au sens large et dans tous les domaines, qui est mon objectif à moyen terme.
En bref, autonomie dans le gestion de mon évolution (vers la fin des "thérapeutes" comme annonce JP), dans la plus grande partie de mon alimentation (prochaines étapes : des poules + apprendre à m'occuper des abeilles), dans l'habitat aussi (écoconstruction, autonomie énergétique et dans la gestion de mes déchets) qui se mettra en place quand j'aurai entamer une dynamique de vie de couple puis de vie de famille ...
Le tout, pour moi, en faisant attention à la balance entre la nécessaire interaction avec les autres (co-évolution) et le désir de ne me reposer sur personne (dans le sens d'être dépendant ...)

En y repensant, j'ai commencé ce chemin vers l'autonomie avec une idée de survie en tête. Du genre : la croissance à tout va, c'est n'importe quoi, la fin du pétrole c'est pour bientôt, les politiques mettent la tête dans le sable alors s'ils se refusent à anticiper pour nous je vais me prendre en main et développer pleins de compétences qui me seront bien utiles quand nos "modèles" de société vont voler en éclat et qu'on va se retrouver bien dans la m...
Maintenant, je n'ai plus forcément la même crainte : j'ai moins l'impression qu'on va vers une rupture rapide et génératrice de chaos potentiel mais que la transition va s'étaler dans le temps avec plus de douceurs ...

Après j'ai un doute : Est-ce-que je positive parce que je suis déjà acteur de cette transition et que j'occulte ceux qui en sont loin et pour qui ça risque d'être difficile ? Les gens sont-ils de plus en plus ouvert à ses thématiques ou est-ce-que je les attire à moi parce que, j'y suis ouvert aussi et plus ouvert aux autres qu'avant également ?
C'est marrant comme la stabilité dans nos valeurs/convictions/envies peut (seulement sembler ?) modifier concrètement notre monde ... ou bien ce n'est qu'une illusion (ok, tout est illusion mais bon ça, ça ne fait pas avancer le schmilblick ...) et c'est seulement notre vision subjective du monde qui change ainsi ... ?

Je ne pensais pas en arriver jusque là en commençant ...

petit scarabée (a bien philosopher ... sans oublier sa ratatouille ... Preuve vivante qu'on peut partir en esprit sans laisser cramer la matière ... :) )
sofie
Coévoluant
Messages : 981
Enregistré le : sam. 23 janv. 2010 23:29
Localisation : Limousin
Contact :

dim. 30 août 2015 23:43

"Après j'ai un doute : Est-ce-que je positive parce que je suis déjà acteur de cette transition et que j'occulte ceux qui en sont loin et pour qui ça risque d'être difficile ? "

C'est rigolo , je me suis posée la même question récemment moi qui lisait il y a encore quelques mois les journaux alternatifs, pessimistes au possible sur la faillite des banques ! je ne dis pas que ça ne va pas arriver, mais au moins maintenant je suis sereine ... et puis finalement je m'en fout ...

Après en pensant au gens qui vont vivre des moments difficiles, je me dit que c'est à la portée de tous et que ce n'est qu'une question de prise de responsabilité vis à vis de soi, et qu'au moins en ayant fait cette démarche il y a quelque temps, je montre ( et non pas "prouve" ) que c'est possible, et libre à chacun .

Oui pour la notion d'autonomie vers laquelle nous souhaitons tendre, mais moi je parlais bien de survie ( mettre ma famille à l'abri du besoin tant au niveau du toit que de la nourriture version impératif qui m'anime ! : ) )

Chouette de philosopher en parlant de tomates ! : )
Répondre

Retourner vers « Jardin, agriculture, main dans la main avec le vivant »