Paradoxe Krishnamurti

Répondre


Cette question est un moyen d’empêcher des soumissions automatisées de formulaires par des robots.
Smileys
:D :) ;) :( :o :shock: :? 8-) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: :geek: :ugeek:

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Étendre la vue Revue du sujet : Paradoxe Krishnamurti

Re: Paradoxe Krishnamurti

par vibrazionecosmica » mar. 24 août 2010 13:04

bao a écrit : le miracle de l’amour, c’est de savoir vivre l’imparfait.


Tiens, voilà une belle phrase qui résume parfaitement le message de fond du texte...


"Je ne suis pas parfait, tu n'es pas parfait, ... et c'est parfait" ;)
(de chépluki)




Vous avez dit manipulateur! Éloge de la manipulation.
(...)
En fait une part de nous reste prise dans la manipulation. Le nier, c’est y rester. Le voir chez l’autre c’est refuser de le voir chez soi. Imaginer que le problème est forcément chez l’autre et pas chez soi. Nous sommes tous manipulateurs à notre tour dans ce qui est difficile pour nous.


manipulation=jeux de l'égo...
On ne peut sortir vraiment de la manipulation que quand l'égo est remis à une place d'outil et non plus de maître à bord
Les manipulations, aussi bien subies qu'exercées sur l'autre, sortent alors de l'inconscience pour être vues clairement

La manipulation n'est vécue que parce qu'on est complètement manipulé par son propre égo...

Re: Paradoxe Krishnamurti

par Jean-Pierre Martinez » dim. 22 août 2010 09:33

la perfection dans toutes choses, et si cela existait ?

coucher avec la voisine, attaquer en justice, ...

dans la perfection de la chose juste...

Pas simple à intégrer dans un monde judeochretien bien pensant avec ses belles normes

bonne journée

jean-pierre

Re: Paradoxe Krishnamurti

par Taupezen » sam. 21 août 2010 23:06

UP 2+ jean-baptiste !!

Je constaterai sans juger que c'est d'ailleurs le cas de tous maitres à penser, gourous, guides, etc. : il y a toujours un scandale, une histoire pas nette qui semble les entacher... comme si nous ne supportions pas leur immaculé statu ; en oubliant qu'ils sont (encore) incarnés et imparfait. Franchement les êtres parfaits nous ne les remarquerions même pas vu notre incapacité à concevoir même leur propre perfection !! 8-)

m'enfin bon... il est tard : je prends mes goutes et au lit :-D

Bonne nuit à tous
:mrgreen:

Re: Paradoxe Krishnamurti

par magnum » jeu. 19 août 2010 23:05

:D :lol: Tres très juste jean baptiste..
(même si pour ma part je reste qtotalement détaché entre le contenu d'un écrit ou d'une parole et la vie menée par celui qui l'a énoncé...: . il y a de la vérité partout et chez tout le monde. Pourquoi se priver d'une richesse d'idée pour des meurs qui seraient en décalage... cela ne change rien en la justesse des propos..)

Re: Paradoxe Krishnamurti

par jean-baptiste » mer. 18 août 2010 20:00

Pourquoi sommes-nous séduits par les textes de K. ? Sans doute par leur profondeur liée au fait qu'ils ne sont pas "encadrés" par la règle rigide d'un dogme, d'un religion, d'une école philosophique.
Pourquoi le rejetons-nous lorsque nous découvrons qu'il a vécu une aventure amoureuse avec l'épouse de son amI ? Certainement par nos références et nos attaches à un dogme, à notre religion ou notre vision éthique,philosophique de la vie.

Re: Paradoxe Krishnamurti

par Florence » lun. 9 août 2010 11:21

Merci pour ce texte ;) il tombe à pic ....comme d'hab' :D

Re: Paradoxe Krishnamurti

par maori » lun. 9 août 2010 10:59

Au sujet de la notion d'imperfection je voudrais faire partager ce petit texte que j'ai trouvé par "hasard"

Puisque nous sommes imparfaits, autant le prendre avec humour...
Le triangle dramatique Victime Bourreau Sauveur de l’analyse transactionnelle peut être revu au regard de nos fonctionnements, des nouvelles modes, et avec humour.

Il pourrait même se transformer en Victime Bourreau Sauveur - “Barré”.

A choisir prenez victime.

Des trois positions, celle de victime est sûrement la plus valorisée de nos jours et celle qui va vous apporter le plus de bénéfices secondaires et l’attention de l’autre, sans compter la possibilité avec notre souffrance de manipuler la situation. Tout de nos jours valorise cette position.

Depuis le livre “Les manipulateurs sont parmi nous” et le mythe du pervers narcissique, la victime a trouvé son titre de gloire et bien évidemment la possibilité d’avoir toujours son “méchant de service”. La victime souvent fabrique son bourreau, permettant ainsi de se refaire une virginité, et une totale irresponsabilité.
Cela me fait penser à Valmont dans “Les liaisons dangereuses” répétant le perpétuel “ce n’est pas ma faute”. Soyons clairs, si ce n’est pas de votre faute, vous n’y pouvez rien et cela va donc durer éternellement. Quoi de mieux pour tourner en rond toute sa vie.


Mais la victime réalisant son état peut aussi quitter le victimaire du Tu qui Tue, pour aller vers le Je, moi Je. Le juste “courage d’être soi” peut alors dépasser son but et devenir bourreau sanctifié par l’affirmation de soi. La crête est fine et les pentes raides. La vigilance et la remise en question perpétuelle sont plus que nécessaires, indispensables.
Au règne du développement personnel, l’autre pourrait alors être sacrifié à la manifestation de notre accomplissement.

Et nous voilà tout droit vers le sauveur. Quoi de plus noble que de se dire que l’on s’occupe de l’autre pour le sauver. Combien de couples ont échoué sur l’idée de changer ou de sauver l’autre. Quel orgueil finalement. Encore un beau moyen de se fuir soi-même. La meilleure ou la pire des excuses.

Mais le supermarché de l’évolution spirituelle et des dernières techniques de développement personnel nous offrent encore une nouvelle possibilité. “Barré” ou “je me barre”, ce qui en langage populaire veut dire parti ailleurs. La tentation est grande de s’imaginer un autre monde, de penser que l’on peut créer sa propre réalité dans un ailleurs, faisant fi du monde réel. Confondre foi - engagement profond dans la vie réelle et foi - échappement.

Le 19ème siècle a vu fleurir les couvents, le 20ème les groupes ésotériques et multiples “canals”, reprenant souvent des symboles néo-chrétiens comme bien évidemment Marie-Magdeleine reprise à toutes les sauces, ou la grande mode des Anges et même Saint-François d’Assise. Quoi de plus facile que de se référer à un groupe, comme à un ordre et d’y chercher une force et une identité. Avec tout le risque de jeux de pouvoir inconscients. Le groupe devenu alors une prothèse du moi. Illusion de la perfection, qui peut vous faire perdre les vrais liens dans la vie réelle. Car réfléchissons bien, le miracle de l’amour, c’est de savoir vivre l’imparfait. Entre repères compensatoires et dépendance, là encore la crête est étroite.

Mais au final tout cela ne nous permettra que de fuir l’essentiel, “ soi-même “.
La difficulté d’être et de l’assumer.

Le travail du centre reste le primordial. Bien sûr, c’est face au monde que nous apprenons à nous révéler, mais l’essentiel se passe en nous, tout le reste n’est que leurre. Tout ce qui nous décentre nous égare.

Vous avez dit manipulateur! Éloge de la manipulation.

Dirais-je avec un humour un peu provocateur.
Revenons à notre origine. Tout petit mammifère, comme nous l’avons tous été, a besoin pour survivre d’attirer l’attention de ses géniteurs parents et entourage. Cris, pleurs, colères, bêtises, clown, satisfaction, réussite, tout est bon. La manipulation est essentielle à l’humain. Sa survie est à ce prix. C’est parce qu'enfant, nous avons su le faire que nous sommes vivants aujourd’hui.

Nous sommes tous passés par là, autant le reconnaître. Les années et les expériences nous ont appris à trouver d’autres voies, à reconnaître notre besoin, à le dire ouvertement et à l’assumer.

Mais qui peut dire :
“moi je ne suis plus du tout comme cela, jamais”.

En fait une part de nous reste prise dans la manipulation. Le nier, c’est y rester. Le voir chez l’autre c’est refuser de le voir chez soi. Imaginer que le problème est forcément chez l’autre et pas chez soi. Nous sommes tous manipulateurs à notre tour dans ce qui est difficile pour nous. Chaque fois que nous ne voulons pas voir une souffrance de nous-même, nous pouvons employer cette méthode. Et quand, en cédant à la mode, nous traitons l’autre de manipulateur ou de narcissique pervers, n’est-ce pas de nous-même que nous parlons.

Alors nous pouvons choisir entre les différentes échappatoires “victime, bourreau, sauveur ou barré”, et le cercle continue.

Alors pourra se démasquer ce dont nous parle Henri Laborit. "L'homme entretient de lui une fausse idée qui, sous la pelure avantageuse de beaux sentiments et de grandes idées, maintient férocement les dominances".

L’important c’est de VOIR.

Le plus simple n’est-il pas de reconnaître ce que je suis. Accepter que toute ma vie, je ne serai qu’un chercheur de moi-même, je suis imparfait et je le confesse, J’essaye autant que faire se peut de le voir chaque jour. J’essaye de m’occuper de voir ce qui est en moi, plus que les défauts des autres, voilà déjà un beau travail. La perfection n’existe pas, essayons simplement de reconnaître le plus possible notre totale imperfection.

Souvenons-nous du sketch de Coluche disant “je suis con et bien je suis rudement content d’être con”. Il tournait ainsi en dérision ceux qui pensaient avoir compris le monde et la vie. Lui avait sûrement réalisé notre limite et l’obligatoire modestie qui nous fait du bien à tous. Avez-vous vu les murs des gares ces jours-ci, Coluche est en affiche à côté de Gandhi, une reconnaissance pour cet homme qui a foulé au pied les apparences et les manières pour mieux faire ressortir le fond des êtres et le vrai visage de leur cœur, et créer les restos du cœur.

Notre nature est par essence imparfaite, autant le prendre avec humour.

cordialement
b

Re: Paradoxe Krishnamurti

par maori » dim. 8 août 2010 21:05

tam a écrit : Peut-être que Khrisnamurti parle très très bien du Ciel, mais pour la terre, cela me parle moins.
Merci de vos réponses.
A+
je crois que c'est un peu en gros ce que je ressens vis à vis de K; comme s'il avait du mal a s'extirper de la parole, pas a cause de lui ( le côté amant, proces etc, je m'en fous d'ailleurs ca fait partie de l'essentiel de ce qu'il a vécu) mais peut être bien à cause des codes de l'époque et de l'entourage pas très bienveillant au fond... tout ceci à un niveau très mental car quelque part il n'y a pas trop d'intérêt a discuter pendant des heures à savoir si krishna était parfait ou pas.
alors comment se fier aussi à un "instructeur mondial" ça me fait un peu penser aux maytreia de tout poil, je ne sais pas si le vrai éveil doit être annoncé ainsi.. ceci dit ceci n'empeche pas son propre éveil à lui . non pas que je le soupçonne de vouloir l'être mais je soupçonne qu'il y ait un côté complaisant à tout point de vue à le considérer ainsi...
c'est parfois utile en une période en effet, mais après on passe à autre chose je suppose..

a+
b

Re: Paradoxe Krishnamurti

par Lionel » dim. 8 août 2010 14:33

elementerre a écrit :
Ne crois rien parce qu'on t'aura montré
le témoignage écrit de quelque Sage ancien.
Ne crois rien sur l'autorité
des Maîtres ou des Prêtres.
Mais ce qui s'accordera avec ton expérience
et après une étude approfondie
satisfera ta raison et tendra vers ton bien,
cela tu pourras l'accepter comme vrai
et y conformer ta vie.
SIDDHARTA GAUTAMA (Bouddha)
donc prendre ce qui raisonne juste à l'intérieur de vous, après qu'un humain ne soit pas parfait, heureusement...

jean-pierre
Un peu réthorique et contradictoire, aussi, ce "donc", non ? =)
héhé.
Amicalement, Lionel

Re: Paradoxe Krishnamurti

par Lionel » dim. 8 août 2010 14:28

tam a écrit : Pour aller vite il a été l’amant de la femme de son meilleur ami pendant 20 ans…, en toute discrétion, et lui a fait un procès quelques années plus tard
J’avais également lu des éléments racontés par Vimala Thakar qui dit avoir connu une réelle ouverture spirituelle a ses côtés, mais qui apprend aussi que dès qu’elle même est devenue plus autonome, il s’est fâché et il y a eu rupture dans leur relation.Elle est devenue par la suite un « maître » que personnellement je trouve très intéressant et très vrai.
"Ce qu'on m'a dit qu'il a fait c'est mal donc je ne lirai pas ce qu'il a écrit." =)
J'ai aussi vu plusieurs maîtres dont je n'ai plus aucun doute maintenant quant au niveau de réalisation, se comporter de manière ambigue pour poser un miroir devant leur auditoire. Personnellement je ne fais plus attention à ce qu'ont fait ou dit les gens, ca ne veut rien dire. Et puis ca ne m'appartient pas, d'ailleurs.
Par rapport à Krisnamurti, j'ai vraiment adoré le lire, il m'a beaucoup aidé, c'est quand même très théorique dans la forme et ça correspondait bien à mes structures très mentales de l'époque. Mais dans le fond, beaucoup d'amour.
Mon ressenti :)

Haut