Prana

Avatar du membre
petit scarabée
Coévoluant
Messages : 165
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 13:27
Localisation : Rennes

dim. 6 déc. 2015 23:18

bonsoir à tous

intéressant ce post mais des questions (de béotien sans doute) me viennent ...

Quel(s) est/sont le(s) intérêt(s) de se "nourrir" (exclusivement) de cette façon ... ou de ces façons (technologie Keshe et absorption de prana en conscience sans passer par de la nourriture solide, qui si j'ai bien suivi contient aussi du prana ... ?)

Et si intérêt il y a, où est le plaisir ? ou est-ce un "autre" plaisir ?

Bref je suis intrigué ...

petit scarabée
(aime bien manger, et cuisiner, et cultiver ses légumes ... aime bien respirer aussi mais est-ce-que ça lui suffirait ?)
Karisa
Coévoluant
Messages : 11
Enregistré le : sam. 21 nov. 2015 14:33
Localisation : Belgique

lun. 7 déc. 2015 14:34

Bonjour !

Personnellement, je cherche des réponses sur la Vie. Je voudrais voir si il y a réellement moyen de dépasser ce qu'on nous apprend depuis notre naissance. J'ai l'impression qu'on nous cache des choses, dont par exemple nous faire croire qu'il faut manger pour survivre, pour que nous soyons dépendants du système.

Et si nous pouvions sortir de ce qu'on croit réel? =)
sofie
Coévoluant
Messages : 982
Enregistré le : sam. 23 janv. 2010 23:29
Localisation : Limousin
Contact :

lun. 7 déc. 2015 17:10

Coucou !
On ne nous dirait pas tout ?? :D

Je suis un peu comme Petit scarabée, je suis perplexe ...
Est-ce que se nourrir est un conditionnement appris ou inné ? quand je vois mon fils de 4 ans , qui est encore suffisamment dans l'instinct pour que j'en fasse un sujet d'observation ( :D ), je constate que quand il a faim, il mange, et souvent l'aliment qui lui convient quand il en a besoin (que des fruits quand il est malade, des féculents quand il s'est bien dépensé.. etc) , est-ce que c'est nous qui avons mis en place ce conditionnement ? je ne sais pas , il est en tout cas très "ferme" sur ses choix , on va dire :D ... et j'ai vraiment l'impression que c'est inné !
Est-ce qu'on peut sortir d'un conditionnement inné ?
Si on repart sur l'homme préhistorique , c'est l'alimentation qui a guidé ses choix de vie (mode et lieux), si nous ôtons l'aspect sociétal, et technologique, sommes nous si loin que ça de l'homme préhistorique ?
Je pense qu'effectivement l'évolution de conscience de l'homme va vers cette étape, mais sommes-nous prêts au niveau de notre conscience, et donc de notre corps pour passer à cette étape ?
Comme pour chaque évolution, il y a toujours des précurseurs, alors pourquoi pas ?

Après au niveau de l'expérimentation, je me pose une question, car finalement quelle est la différence entre ton expérimentation Choco, et la pratique d'un jeun de 21 jours ? puisqu'à chaque symptôme ou truc bizarre tu doit reprendre un repas ? finalement est-ce que quand on fait un jeun, ce n'est pas justement le prana qui prend le relais et nous permet de nous sentir si bien ? est-ce que la transition, ne passerait pas par 1 semaine de jeun par mois, pendant un certain temps, puis deux, puis 2, puis 3 semaines ; etc ...?

En ce qui me concerne, je mets trop d’émotionnel dans mes repas pour m'en séparer !! et je suis trop attachée au plaisir lié aux repas, comme le lien, l'échange, cuisiner et mon besoin de "me remplir"etc... et comme le dit Petit Scarabée, faire mon potager, notre projet de vie (avec mon conjoint) autour de la philosophie de la permaculture etc, n'aurait plus de sens et remettrait trop de chose en jeu !!

En tout cas , c'est un sujet vraiment intéressant et qui ouvre vraiment le débat sur notre positionnement face à la nourriture et les enjeux qui y sont liés, j'ai bien aimé réfléchir sur le sujet !! Merci Gwentar !
Avatar du membre
petit scarabée
Coévoluant
Messages : 165
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 13:27
Localisation : Rennes

lun. 7 déc. 2015 18:12

Je me retrouve aussi dans ta réponse sofie
Karisa a écrit :Bonjour !

Personnellement, je cherche des réponses sur la Vie. Je voudrais voir si il y a réellement moyen de dépasser ce qu'on nous apprend depuis notre naissance. J'ai l'impression qu'on nous cache des choses, dont par exemple nous faire croire qu'il faut manger pour survivre, pour que nous soyons dépendants du système.

Et si nous pouvions sortir de ce qu'on croit réel? =)
Une mère apprend-elle à son nouveau né à téter ? Sa faim est "réelle", la présence de lait dans le sein de sa mère est "réelle" ... Arriverait-il à (sur)vivre seulement d'amour et de prana (frais) ?
Si je décide de produire ma nourriture (seul ou en collectif), en quoi suis-je dépendant du système ?

J'en suis encore à : on s'incarne ( = dans la chair, dans la matière) , avec un corps matériel (dont une bonne partie de l'organisation interne est vouée à cette fonction de digestion) sur un monde de matière alors autant accepter de jouer le jeu en conscience (ou avec la conscience du moment) et du mieux qu'on peut ... et donc se nourrir de matière ... Après, je pense qu'il est possible de (bien) vivre en mangeant (petit à petit) beaucoup moins, mais se priver totalement de nourriture "solide" je demande à voir ...
NB : j'entends matière dans le sens matière solide, densifiée à opposer aux autres états de la matière (notamment ceux éthérés ...)
Je pense qu'effectivement l'évolution de conscience de l'homme va vers cette étape, mais sommes-nous prêts au niveau de notre conscience, et donc de notre corps pour passer à cette étape ?
Comme pour chaque évolution, il y a toujours des précurseurs, alors pourquoi pas ?
Je me retrouve dans ce passage. Je pense aussi que l'évolution tend/va tendre vers ça. Je suis presque persuadé que quelques uns ont vécu/vivent/vivront cette évolution au cours d'une vie.
Après faut-il pour autant le chercher, y travailler, la forcer ? Je pense que non ... Comme pour tout le reste, je crois qu'un moment dans l'évolution (collective ou individuelle), c'est mûr, c'est ... (ça s'impose à nous plutôt qu'on cherche à se l'imposer ...)

Voilà pour ma petite contribution/réflexion du soir.

Merci à tous les contributeurs de ce post (intéressant comme sujet et comme échanges)

et bon appétit !!! (avec ou sans matière ;) )
Karisa
Coévoluant
Messages : 11
Enregistré le : sam. 21 nov. 2015 14:33
Localisation : Belgique

lun. 7 déc. 2015 18:16

Sofie,

C'est vrai, les enfants sont capables de manger ce dont ils ont besoin parce qu'ils mangent en fonction de ce qu'ils ressentent. Nous, "adultes", on nous a appris que si on a enviede manger quelque chose c'est uniquement de la gourmandise et qu'il fallait manger cinq fruits et légumes par jour etc... On nous a reffusé d'écouter notre corps, on nous a mis des règles pour lesquelles on nous a éloignés de ce qu'on ressentait réellement... =)
Une "expérience" a été faite : Permettre aux enfants de maternelles d'une école de manger ce qu'ils veulent chaque jour et on a observé que quand ils en ont eu marre de manger des hamburgers et des frites tous les jours, ils ont commencé à manger ce dont ils avaient besoin sans qu'on ne leur dise quoi que ce soit. A la fin de l'année, leur bilan sanguin frolait la perfection =)

Pour ta question sur le fait de jeuner une semaine, puis deux, puis trois...
De ce que j'ai entendu dire, ce n'est pas de jeuner qui nous tuerait mais plutot de passer d'un extrème à l'autre : Une semaine s'empifrer et une autre ne rien manger. Donc je pense que le mieux serait de diminuer petit à petit, quitte à prendre un an complet pour ne manger plus que deux pommes par jour =)

Ce ne sont que des choses que j'entends dire puisque je n'ai pas expérimenté, mais si chacun peut apporter ce qu'il entendu dire alors ce forum sera une mine d'informations !

Bonne soirée ^^
Gwentar
Coévoluant
Messages : 10
Enregistré le : lun. 7 oct. 2013 13:59

lun. 7 déc. 2015 19:38

Après au niveau de l'expérimentation, je me pose une question, car finalement quelle est la différence entre ton expérimentation Choco, et la pratique d'un jeun de 21 jours ? puisqu'à chaque symptôme ou truc bizarre tu doit reprendre un repas ? finalement est-ce que quand on fait un jeun, ce n'est pas justement le prana qui prend le relais et nous permet de nous sentir si bien ? est-ce que la transition, ne passerait pas par 1 semaine de jeun par mois, pendant un certain temps, puis deux, puis 2, puis 3 semaines ; etc ...?
D'après ce que j'ai lu, la nourriture pranique est différente d'un jeune. Lorsqu'on fait un jeune prolongé (quelques semaines/mois), on vit sur ses réserves, et cela engendre fatigue, perte de poids, moins d'énergie, et... mort si c'est trop long bien sûr. La nourriture pranique c'est différent puisque le corps continu de se nourrir.

Pour passer à la nourriture pranique, il faut faire un cycle de 21 jours, qui va servir à déprogrammer les cellules du corps à la nourriture physique, et programmer les cellules à se nourrir de prana. Pourquoi 21 jours ? Apparemment c'est parce qu'il faut 21 jours au corps pour renouveler l'ensemble de ses cellules, et donc passer complètement au prana.

Sans compter qu'il faut aussi du temps au mental pour intégrer le fait de pouvoir se nourrir autrement...
Pour ta question sur le fait de jeuner une semaine, puis deux, puis trois...
De ce que j'ai entendu dire, ce n'est pas de jeuner qui nous tuerait mais plutot de passer d'un extrème à l'autre
Si si, jeûner tue... Si quelqu'un croit qu'il se nourrit de prana mais qu'en fait il jeûne, il ne se nourrit pas, et donc meurt au bout de quelques mois (c'est 4 mois maximum je crois qu'un corps peut tenir sur ses réserve). Mais je suis d'accord avec toi, passer d'un extrême à l'autre ça ne doit pas être très bon !!
En ce qui me concerne, je mets trop d’émotionnel dans mes repas pour m'en séparer !! et je suis trop attachée au plaisir lié aux repas, comme le lien, l'échange, cuisiner et mon besoin de "me remplir"etc... et comme le dit Petit Scarabée, faire mon potager, notre projet de vie (avec mon conjoint) autour de la philosophie de la permaculture etc, n'aurait plus de sens et remettrait trop de chose en jeu !!
Je suis comme toi j'ai un potager en permaculture et ça fait prendre un sacré virage !!! Je me suis dit que du coup je ferais un jardin médicinal pour faire des baumes, des encens maisons, et pourquoi pas faire une petite roseraie à côté :) !! Plein de choses passionnantes à faire dans ce monde !!
ChocoBilly
Coévoluant
Messages : 745
Enregistré le : mer. 8 août 2012 17:02

lun. 7 déc. 2015 19:39

Hey bonsoir !

Pour l'histoire du jeune, je ne sais pas, les respirianistes disent qu'ils se nourrissent de prana, et que ce n'est donc pas un jeune.

Lors de ces 21 jours, et ensuite s'il y a suite, une méditation remplaçait chacun des repas. Il s'agissait de connecter une énergie blanche, de scanner par visualisation chacune des parties du corps et de les ressentir. (Paraît-il un peu à la manière de vipassana...)

Pour ma part, ce qui m'a motivé à cette expérience était : la recherche de conscience et particulièrement la survie, genre si 2012 fin du monde alors je vais pas me tourner les pouces sans rien faire...
A l'époque, je confondais autonomie et indépendance... J'avais plutôt envie de me prémunir des potentiels futurs désagréments, quitte à me retrouver seul à bouffer du prana...

Pas loin la notion d'orthorexie veille, le méga contrôle de la nourriture, le contrôle du mental sur le corps... Ou comment chacun s'improvise naturopathe, par ses connaissances glanées à droite à gauche tente de maitriser leur anorexie. (Exemple d'une proche qui passait une énergie folle à ça)
Et en même temps, tout le contraire quand j'écoute les temoignages d'amour du jardin et de la cuisine.
Bien, pas bien ? On s'en fiche un peu.

Ce qui est certain c'est qu'un changement brusque d'alimentation rend plus influençable, manipulable.

;)
ChocoBilly
sofie
Coévoluant
Messages : 982
Enregistré le : sam. 23 janv. 2010 23:29
Localisation : Limousin
Contact :

mar. 8 déc. 2015 00:52

petit scarabée a écrit : Je me retrouve dans ce passage. Je pense aussi que l'évolution tend/va tendre vers ça. Je suis presque persuadé que quelques uns ont vécu/vivent/vivront cette évolution au cours d'une vie.
Après faut-il pour autant le chercher, y travailler, la forcer ? Je pense que non ... Comme pour tout le reste, je crois qu'un moment dans l'évolution (collective ou individuelle), c'est mûr, c'est ... (ça s'impose à nous plutôt qu'on cherche à se l'imposer ...)
oui oui c'est exactement ça, ce que je voulais dire ! merci Mr Le Scribe !!! :D
Karisa a écrit : Une semaine s'empifrer et une autre ne rien manger. Donc je pense que le mieux serait de diminuer petit à petit, quitte à prendre un an complet pour ne manger plus que deux pommes par jour =)
oui c'est vrai, que ça parait plus cohérent comme ça !
Gwentar a écrit :Je me suis dit que du coup je ferais un jardin médicinal pour faire des baumes, des encens maisons, et pourquoi pas faire une petite roseraie à côté :)
oui en effet bonnes idées ! ça pousse à l'imagination !!
Karisa a écrit : Ce ne sont que des choses que j'entends dire puisque je n'ai pas expérimenté, mais si chacun peut apporter ce qu'il entendu dire alors ce forum sera une mine d'informations !


oui bien sûr, de toute façon, je pense que si on "chope" ces infos, c'est qu'à un moment donné on en a besoin, soit parce que ça fait écho, soit parce que ça ouvre une réflexion, c'est donc de toute façon chouette !!

@Choco :
Merci pour l'explication, avec la partie méditation, je comprends mieux le principe .

Merci à tous de ces beaux échanges !
Bises et bonne nuit !
So
Hulya

mar. 8 déc. 2015 12:48

Salut tout le monde,

Je me retrouve pas mal aussi dans l'expérience de chacun. De ce que j'ai pu expérimenter et de ce que j'expérimente encore aujourd'hui, c'est que chez moi (comme chez vous apparemment ou au moins en partie ), l'alimentation = émotionnel.
A la base, l'alimentation chez moi, c'est compliqué, tout comme mon rapport à l'émotionnel. Ça me prend beaucoup de temps rien qu'à y penser et beaucoup de chose passe par l'alimentation. Par exemple, mon rapport à autrui : quand je mange un aliment que je juge mauvais, je me dis que je vais avoir de l'acné (parce que dés que je mange j'ai de l'acné, dés que je jeune, je n'en ai plus quoique que ça va mieux maintenant depuis que j'avais posté un message là-dessus. Les réponses que j'ai eu m'on permis de bien travailler la-dessus) et du coup j'appréhende ce que l'autre va penser de mon physique., je culpabilise sur ce que je mange,...Dans le même ordre d'idée je me dis que si je mange tel aliment, ça va me fatiguer parce qu'il va falloir que je l'élimine,...Et c'est repartis je culpabilise d'avoir mangé ce truc et ce n'est que des trucs comme-ça. Je suis obnubilée par la bouffe et dés que je mange, je culpabilise pour un oui, pour un non et ça ne va pas.

Au fur et à mesure de mes jeûnes et de mes tentatives de faire le processus de 21 jours, j'ai remarqué que chacune de mes émotions que je refoulais ou que je refusais d'accepter se transformait immédiatement en sensation de faim. Ça m'a vraiment permis de voir que lorsque j'ai faim, c'est que je n'accueille pas une émotion et que je ne veux pas "l'absorber", la laisser diffuser en moi, l'accepter en moi. Du coup, maintenant j'essaye de laisser diffuser cette émotion et la sensation de faim passe (pour l'instant ça marche pour certaines émotions).

Après, quelques jours de jeune partiel et de jeune complet, je me sens submergée par mon émotionnel. Je sens que ma faim n'est pas alimentaire mais relève de mon émotionnel que je n'arrive pas à gérer. Du coup, soit je me rencarde sur autre chose, soit je me remets à manger. Lorsque je me rencarde sur autre chose, c'est sur le maquillage ou les vêtements. D'habitude je ne me maquille absolument pas. Je ne mets que de l'huile de coco sur mon visage et mon corps (de la bouffe encore). Mais là, je me rencarde sur le maquillage. Bizarre. Et un autre truc trop bizarre lorsque je tente de faire des pauses alimentaires c'est que, outre le fait que je sois obnubilée par la bouffe, j'ai peur et je me dis : "oui mais si je ne mange plus, ou est-ce que je vais dépenser mes sous ???" Je me sens obligée de dépenser mes sous et donc la dernière fois, c'est passé dans le maquillage. C'est bizarre hein ?

Il y a vraiment un truc chez moi qui est lié à l'apparence extérieure et à dépenser ses sous, en plus de ma très très grosse difficulté à gérer mes émotions.

Je suis passée par plein de régime : omnivore, végétarien, végétalien, crudivore, le je-ne-mange-que-ce-qui-me fait-envie mais à chaque fois, ça ne va pas. Du coup, maintenant je tente le prâna (avec difficulté). J'y vais tout doux. Mais tout ça, ça m'a bien permis d'avancer et quand je travaille mon rapport à la nourriture, je travaille bien mon rapport à l'émotionnel. Même si ça reste compliqué.

Et malheureusement, j'adore la malbouffe. Mais dés que j'arrête de manger mes perceptions sont beaucoup plus développées. Parfois quand je mange ça les éteint complètement.

Après c'est pas mal lié à la survie aussi chez moi et à l'idée que je me sens sale quand je mange. J'ai toujours l'impression d'être sale, répugnante, que ça m'encrasse, que je suis pleine de merde.

Bon ce n'est pas très clair, je suis désolé. J'aimerais bien comprendre d'ou ça vient ce rapport entre l'alimentation et mon apparence. C'est chelou.
Modifié en dernier par Hulya le mar. 8 déc. 2015 18:59, modifié 2 fois.
Avatar du membre
MANSO
Coévoluant
Messages : 1187
Enregistré le : jeu. 29 mars 2012 17:23

mar. 8 déc. 2015 13:27

Coucou à tous :-)
Je n'ai jamais éprouver le besoin de me nourrir uniquement de prana et du coup je ne sais pas ce qu'est cette sensation. Mais je pense que par moment, je me nourri de ce que j'appelle la vie.
D'ailleurs dans ces moments, je suis sereine et n'est pas un grand appétit.

Enfant jusqu'à le retrait de la vésicule biliaire, je n'ai jamais eu de souci avec l'alimentation et je mangeais ce que j'avais envie.
Après le retrait j'ai trop écouté les autres et du coup j'ai perdu mon instinct.

Puis un burn out m'a secoué et j'ai dû de nouveau me mettre en recherche car j'avais des baisses d'énergie qui pouvaient aller jusqu'à l'évanouissement.

Je passé par la médecine chinoise, le passage au bio mais toujours pareil.
La chute de cheveux s'est ajouté en plus ainsi qu'une modification de mon corps visible.
Puis j'ai entendu parlé de manger cru.
Ça a tilté dans ma tête et je m'y suis mise.
J'ai récupéré mon énergie, j'étais en joie très souvent, mes idées étaient claires, ...
Cela a duré 1an et demi, et j'ai commencé à avoir des douleurs aux intestins.
Alors j'ai réintégré du chaud et aujourd'hui ces douleurs ont disparues.

Conclusion de mon expérience : Ne pas s'enfermer dans quoi que ce soit car ce qui peut être bon aujourd'hui ne le sera pas forcément demain :-)
Et je suis comme Maé Sofie, je peux manger pendant plusieurs jours un aliment et puis j'en ai plus envie.

Alors le rapport à l'entourage et bien, j'ai accepté que l'on puisse me regarder comme une extra terrestre.
Et du coup, je l'ai très bien vécu et j'ai été surprise dans le bon sens car les gens ont compris.

Je ne sais pas si l'être humain doit tendre vers une nourriture pranique exclusivement.
Cela voudrait dire que nous ferions tous la même experience :roll:

J'ai une personne que je connais depuis peu qui m'a prêté "de la nourriture pranique à la plénitude du vide" de Gabriel Lesquoy.
Pas encore lu mais cela peut peut intéresser quelqu'un.

Très belle apres midi
Répondre

Retourner vers « Vos réflexions et expériences »