Vaccin obligatoire, a voir...

Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4207
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

jeu. 11 juil. 2013 18:13

A controler mais un ami m'a envoyé cela et cela me semble cohérent

La difficulté, mais que l’on peut résoudre, vient de cette vaccination toujours OBLIGATOIRE !

Il s’agit du DTP :

1) Anti Diphtérique (du 15 juin 1938),

2) Anti Tétanos (du 24 novembre 1940)

3) Anti Polio (du 1er juillet 1964)

C’est ce que l’on appelle un « trivalent » avec donc trois valences.
Celui-ci est le seul qui est OBLIGATOIRE !

Cela signifie au point de vue légal, que vous êtes OBLIGÉ légalement de le faire injecter à vos enfants.
En contre partie, le gouvernement a prévu :

- d’une part une loi : article R 3111-9 du CSP [Code de Santé Publique] qui déresponsabilise le médecin qui a pratiqué la vaccination si celle-ci se passe mal, que l’enfant développe des symptômes légers, graves ou mortels. Vous ne pourrez donc pas vous retourner contre le médecin vaccinateur même si celui-ci ne vous a pas averti du danger que comportait les vaccins ( sa parole contre la vôtre) et celui-ci en particulier.

- d’autre part une autre loi qui vous autorise à porter plainte contre le ministère de la santé publique qui possède à cet effet un « bureau d’indemnisation pour les victimes ou parents de victimes suite à une vaccination obligatoire ».

Appelé officiellement (on me l’a rappelé: « l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales »).

Et il est très important de savoir ce qui vient d’être dit, vous allez voir pourquoi.

Ce DTP a été retiré du marché en juin 2008 par Sanofi Pasteur lui-même suite à de nombreux problèmes, voir mon article de cette époque en 2008 sur mon blog :

http://naturopathie-psychotherapie.blog ... se-de.html

Actuellement il est remplacé le plus souvent par un pentavalent qui lui, a pris la dénomination de « RECOMMANDÉ » (attention le DTP n’est pas recommandé mais obligatoire, le Pentavax n’est pas obligatoire, il est recommandé) ces mots ont une grosse importance et nous allons comprendre pourquoi.

La situation est claire pour le DTP

Mais si pour vous la situation des deux autres :

- « Pentavac » : pentavalent avec 5 Valences :

Diphtérie + Tétanos + Polio + Coqueluche + Haemophilus

- « InfanrixHexa » : hexavalent avec 6 Valences :

Diphtérie + Tétanos + Polio + Coqueluche + Haemophilus + Hepatite B

La situation n’est pas claire, La situation est au contraire très nette et précise au niveau de la loi !! J’explique :

Effectivement, le mot « OBLIGATOIRE » ne peut pas être employé pour l’un de ses 2 vaccins composés mentionnés ci-dessus puisqu’ils ne correspondent pas et plus du tout à l’ « obligation vaccinale ».

Ainsi le Ministère de la Santé est obligé d’employé le mot « RECOMMANDÉ », ce qui a une double action :

1) Vous ne pouvez plus vous retourner contre l’Etat et le ministère de la Santé Publique pour vous faire indemnisé car le pentavalent ou l’exavalent n’est pas « obligatoire », c’est donc à vos risques et périls et mis à part la douleur et la tragédie dramatique que vous pourriez subir, vous prendrez également la responsabilité d’avoir un enfant légume chez vous dont vous serez entièrement responsable. La seule possibilité sera alors de vous retourner contre le médecin vaccinateur.

2) Et justement, le médecin qui pratique l’un de ces deux vaccins n’est plus du tout « immunisé » (là c’est bien le cas) par la loi qui le protégeait en cas de problème post-vaccinal obligatoire puisqu’il a pratiqué un acte « non obligatoire ». Bien sûr il a des assurances pour cela mais que de problèmes et de drames qui auraient pu être évités en faisant ce qui suit.

1) Vous résistez à votre entourage et à votre médecin traitant qui veulent absolument le vacciner alors qu’il y a aussi une loi qui demande d’attendre de voir si l’enfant n’est pas allergique (au moins 1 an). Vous trouvez des excuses, vous ne mettez pas votre enfant en crèche, vous le faites garder à la maison. Oui, il va y avoir des contraintes mais il c’est un choix.

2) Quand vous ne pouvez plus faire autrement, ou presque, il arrive à l’âge de 3 ans à la prochaine rentrée scolaire : Vous allez voir votre médecin traitant et vous le mettez au courant en copiant ce texte sur une feuille A4 que vous lui donnerez à garder pour son info personnelle :

En France il y a trois vaccins obligatoires : diphtérie, tétanos, polio. Or, depuis le 12 juin 2008, le DTPolio® a été victime d’une «suspension temporaire de distribution » avec retrait de tous les lots existants. Ce vaccin n’est toujours pas revenu sur le marché alors qu’il est le seul vaccin antiDiphtérie-Tétanos-Poliomyélite disposant d’une AMM pour les enfants de moins de six ans.Cette mesure prise par l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) en accord avec le fabricant Sanofi Pasteur MSD faisait suite « à l’augmentation importante du nombre de réactions à la suite de la vaccination par DTPolio® depuis le début de l’année 2008. »
Les services publics de « santé », conseillent, RECOMMANDENT (et donc n’ « obligent » pas) de le remplacer par le vaccin Pentavac® qui contient, outre le DTP, les valences contre la coqueluche et l’haemophilus ou, le vaccin hexavalent « InfanrixHexa® ». Outre le DTP et les valences contre la coqueluche et l’haemophilus, ce vaccin contient aussi l’hépatite B et fait partie des médicaments « sous surveillance avec suivi renforcé ».
4) L’endos de la responsabilité civile et pénale des effets indésirables dus aux vaccinations s’impose à toute personne exigeant ou pratiquant un vaccin comportant, en plus du DTP (seule vaccination obligatoire), une ou plusieurs valences supplémentaires, ou des rappels non obligatoires, ce qui entraîne de facto l’impossibilité d’utiliser la procédure simplifiée induite par l’article L 3111-9 du code de Santé Publique qui protège celui qui vaccine. Sont dans la même situation, ceux qui proposent d’utiliser le vaccin Revaxis®, qui n’a pas d’AMM pour les enfants en dessous de 6 ans ou en primo vaccination. Sont également dans cette situation, ceux qui proposent d’offrir gratuitement le DTVax, ce dernier n’est plus commercialisé en France et ne correspond pas à la recommandation de l’AFSSAPS, pour les vaccins pédiatriques, car il contient du Thiomersal.

5) Puis ce texte à garder précieusement sur une demi-feuille A5 que vous insèrerez dans le carnet de santé face aux vaccinations non faites et A FAIRE SIGNER PAR VOTRE MEDECIN :

L’endos de la responsabilité civile et pénale des effets indésirables dus aux vaccinations s’impose à toute personne exigeant ou pratiquant un vaccin comportant, en plus du DTP (seule vaccination obligatoire), une ou plusieurs valences supplémentaires, ou des rappels non obligatoires, ce qui entraîne de facto l’impossibilité d’utiliser la procédure simplifiée induite par l’article L 3111-9 du code de Santé Publique.
Etant donné que les valences non obligatoires ne sont pas couvertes pour leurs effets indésirables par la responsabilité de l’État, puisqu’il ne les exige pas.
L’enfant ne peut donc pas, dans l’état actuel des choses recevoir le DTP obligatoire, parce que ce dernier a été retiré du marché. Les autres vaccins ne répondent pas au caractère légal de l’obligation vaccinale en France. Cette situation sera à réexaminer lorsque ce vaccin sera de nouveau disponible.
Compte tenu de cette situation en conformité avec l’article R 3111-17 du CSP, je soussigné docteur …………………………..……….… déclare surseoir à la vaccination de l’enfant …………………..………… par le DTP en attendant le retour de ce dernier dans les pharmacies.
Fait à ……………………… le ………..

Tampon et Signature

Ce texte signifie que vous acceptez que le médecin traitant de votre enfant ne pratique PAS la vaccination puisque vous lui reconnaissez le droit de ne pas vouloir prendre la responsabilité d’une catastrophe le cas échéant.

En signant ce papier, il signifie clairement sa volonté de respecter la loi, comme vous, et d’attendre qu’un nouveau vaccin « obligatoire » et non recommandé, soit sur le marché et possède toutes les qualités requises pour être administré sans que sa responsabilité personnelle ne soit mise en jeu.

6) Ensuite avec ce papier signé, vous allez voir le responsable de la crèche ou maternelle où vous allez inscrire votre enfant. L’affaire peut se corser, et il faut jouer finement. Ce genre de dirigeant responsable n’a dans la tête qu’une vue bien précise de son rôle : Ne pas se retrouver « RESPONSABLE » (c’est ça un responsable !) d’une quelconque bévue !

7) N’oubliez pas que le directeur d’un tel établissement n’est pas obligé de prendre votre enfant puisque la loi l’exige uniquement à partir de 6 ans. Il a le droit de refuser n’importe quel enfant.

{Nota Bene : Ce qui signifie que si votre enfant arrive à ne pas être vacciné et à garder son système immunitaire intacte jusqu’à l’âge de 6 ans, on ne peut plus alors lui interdire l’accès aux études qui sont obligatoires d’après la loi, n’oubliez pas que cette loi est européenne, et que la loi sur la vaccination obligatoire n’est que Française. Jusqu’à maintenant les chefs d’établissement obtus qui ne voulaient pas accepter des enfants en « âge scolaire obligatoire » non vaccinés se sont vus obligés par la justice Française même de les accepter, car les juges savent que si cela va devant le tribunal Européen, ils seront déboutés de toute façon de leur jugement !

8) Lorsque la directrice va vous demander le carnet de vaccination, elle ne va pas comprendre,

Ou vous lui expliquez tout en détail, je ne vous le conseille pas.
Ou vous lui expliquez simplement que votre enfant a des problèmes médicaux (attention elle se doit de préserver votre secret médical) ou allergies, eczémas, maladie auto immune en cours de diagnostique etc…
S’il y a une insistance ou embarra de la part du directeur ou de la directrice, vous devenez un peu autoritaire, et vous faites bien comprendre comme évident que dans l’état actuel des choses, il y a impossibilité temporaire de vacciner ! Cette décision a été prise par le corps médical et que ça n’est pas de votre propre ressort de les mettre en doute (signifiant que ça n’est pas du ressort du ou de la directrice non plus !!) ni de mettre en doute la signature du médecin traitant qui a juger qu’actuellement il valait mieux sursoir à la vaccination. Point Barre.
La direction d’un établissement scolaire n’a pas à juger la décision d’un médecin.

Dernier point (je le signale car le médecin traitant de mon fils a essayé sa dernière « botte secrète » en me disant : « Mais il y a un trivalent le « r….vx… » sur le marché » !

J’avoue que j’ai été décontenancé pendant l’espace d’un instant, je n’ai pas compris le nom ! Serait-ce nouveau ? Je ne suis pas au courant ? Ce n’est pas possible !

Je demande : « Mais depuis quand ce trivalent sur le marché ?? »

Sa réponse à fait tilt, heureusement :

- « Oh depuis longtemps ! »

- (moi) Vous voulez parler du Revaxis !

- « Oui, c’est un DTP que l’on utilise en rappel à 6 ans »

- (moi) Mais justement vous savez bien qu’il n’a pas d’AMM pour les enfants en dessous de 6 ans ! Et que vous ne pouvez pas le proposer !

Alors il s’est résigné à signer après que je lui ai encore rappelé que signer ce papier était une garantie pour lui de ne pas se retrouver responsable car par le mot « RECOMMANDE » le gouvernement et son ministère de la Santé Publique rejetait la faute sur lui en cas de coup dur !

Encore un détail :

Un autre DTP existe aussi le DTVax, d’abord il n’est normalement plus disponible en France, ensuite il n’est pas compatible pour les vaccins pédiatriques, (interdit pour les vaccins des enfants) et ne correspond pas aux recommandations de l’AFSSAPS car il contient du Thiomersal.
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
claire88

jeu. 11 juil. 2013 23:39

Merci beaucoup, je suis en recherche actuellement de ce genre d'informations car j'accouche dans un mois et cela tombe vraiment bien .
C'est important que l'information circule entre nous et je vous suis vraiment reconnaissante de vous en faire le vecteur.
Transmettez mes remerciements également à votre ami et pour toute information complémentaire je suis preneuse.


Bonne soirée/journée
Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4207
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

ven. 12 juil. 2013 09:33

à chacun de ce faire une opinion et de l'assumer.


d'autres infos :
http://www.alterinfo.net/search/vaccin/

http://www.alis-france.com

http://www.infovaccin.fr/

un extrait de livre
de l'avocat Jean Pierre Joseph:

"Vaccins, alors on nous aurait menti?"


DES FAITS (ET NON PAS DES THEORIES) CONCERNANT LES VACCINS

Cet ouvrage se contente de rassembler simplement des dizaines de citations (en donnant les références) de scientifiques et professionnels de la santé.

Tous les ouvrages, dont sont extraites les nombreuses citations formant l'essentiel de ce document, se trouvent très facilement en librairies, à la FNAC, etc.

Aucun d'entre eux n'a engendré le moindre procès, ni même le moindre démenti.


"Celui qui ne gueule pas la Vérité, quand il connaît la vérité,
se fait complice des menteurs et des faussaires."

- Charles Péguy -


"L'une des nouvelles religions en France est le vaccin: En effet, bien que les Français soient réputés cartésiens, et bien que tous les pays voisins aient progressivement abandonné l'obligation vaccinale, quiconque, en France, se contente simplement de s'interroger sur l'efficacité des vaccins, déclenche des hurlements hystériques.

Il s'agit donc bien d'une religion, dans laquelle des milliers de personnes qui se prétendent intellectuelles, ou même scientifiques, défendent des "vérités" qu'elles n'ont jamais vérifiées elle-mêmes.

Quant à ceux qui font appliquer l'obligation légale vaccinale, il semble qu'aucun d'entre eux n'ait entendu parler du procès de Maurice Papon."


20 QUESTIONS SIMPLES, 20 REPONSES (moins simples) SUR LES VACCINS

PREMIERE PARTIE

DES QUESTIONS SIMPLES, A PORTEE DE TOUS, SUR LES VACCINS EN GENERAL

Question n°1:
De manière générale, est-il exact que les vaccins protègent des maladies et ont stoppé les épidémies?

Réponses:

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur l'utilité des vaccins.

Sylvie SIMON, La Dictature Médico-scientifique:
"Le taux de mortalité par la variole s'élevait à 10 % aux Philippines lorsque les U.S.A. prirent possession des îles en 1905. Entre 1905 et 1906, à la suite d'une campagne de vaccination massive, une épidémie fit mourir 25 % de la population. Entre 1918 et 1920, alors que l'armée américaine venait d'obliger 95 % de la population à se faire vacciner une terrible épidémie emporta, cette fois, 54 % de la population. Manille où le pourcentage de gens vaccinés était le plus fort (la presque totalité de la population), fut la plus touchée (65,3 %) alors que l'île de Mindanao ne fut touchée qu'à 11,4 %. Curieusement dans cette île, les indigènes avaient refusé de se faire vacciner…"

Dr Robert RENDU, Faculté de Médecine de Lyon, La Presse Médicale, 1949:
"Entre 1943 et 1947, 5 millions au moins d'enfants ont été vaccinés (contre le tétanos), soit plus de la moitié de la population, âgée de 1 à 14 ans. Cette vaccination massive aurait dû entraîner une diminution considérable du nombre de décès, or les statistiques officielles montrent que le nombre de décès infantiles par tétanos n'a guère varié de 1943 à 1947. (Un décès en moyenne par département et par an)"

Pr Michel REY, Impact Médecin Hebdo, 13 octobre 1995:
"La protection conférée par la vaccination (antidiphtérique) dure moins longtemps que l'immunité naturelle et n'est plus que de 50 %, 10 ans après la vaccination, alors que 90 % des adultes sont naturellement immunisés avant d'être vaccinés…"

Le Point, 23 janvier 1993, "Tuberculeuses et pourtant vaccinées":
"Les quelque cent infirmières des Hôpitaux de l'Assistance Publique de Paris qui ont été contaminées ces cinq dernières années étaient vaccinées…"

Jean-Yves NAU, Le Monde, 2 février 1987:
Importante épidémie de poliomyélite en Afrique de l'Ouest en 1986:
"Près de 200 des enfants que l'on croyait correctement vaccinés ont contracté la maladie. Certains sont morts.Les études épidémiologiques franco-américaines menées sur le terrain n'ont pas encore permis de comprendre les raisons exactes d'un tel phénomène…"

Dépêche AFP, 1er février 1997:
"La quasi totalité des cas de poliomyélite recensés aux U.S.A., de 1980 à 1994, a été causée par l'administration du vaccin oral atténué…"


Sylvie SIMON, La Dictature Médico-scientifique:
"Grâce à l'amélioration des conditions d'hygiène, la poliomyélite avait disparu en Albanie, comme dans bien d'autres pays. Malheureusement le gouvernement et les autorités sanitaires de ce pays ont décidé de pratiquer une vaccination de masse dans le cadre d'une campagne de prévention. En avril 1996, on a alors administré le vaccin Sabin à virus vivant atténué à la population de tout âge… Selon les statistiques officielles…on a enregistré 90 cas de polio, dont 12 mortels…"

The Lancet, 1er janvier 1994 :
"54 % des personnes atteintes par une toute récente poussée de poliomyélite en Namibie (Nov. 1983) étaient toutes vaccinées dans les règles contre la poliomyélite…"

L'Événement du Jeudi, 5 au 11 mars 1992 :
"Les Américains, malgré une politique musclée de prévention contre la rougeole, voient l'une des plus agressives maladies infantiles augmenter régulièrement chez les nourrissons. Nés de mères vaccinées, les bébés hériteraient d'anticorps moins résistants que ceux provoqués par une rougeole naturelle…"

Dr Louis DE BROUWER, (Vaccination erreur médicale du siècle):
"… Les Français, manipulés et désinformés en sont venus à considérer l'acte vaccinal comme le baptême : hors vaccin pas de salut.
Or, il n'a jamais été prouvé scientifiquement que les vaccins étaient efficaces et sans danger…Le principe de la vaccination constitue la plus monstrueuse erreur médicale et scientifique du siècle et mène l'humanité à une disparition prématurée. On ne compte plus aujourd'hui les cas de mort subite du nourrisson, sclérose en plaques, maladie d'Alzheimer, cancers, dermatoses, et d'affections nouvelles incurables dues aux vaccins…
L'individu vacciné est devenu un véritable réservoir à virus…"

Question n° 2:

Les vaccins sont-ils dangereux?

Réponse:

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur les effets des vaccins.


Le Concours Médical, 19 septembre 1987 :
"La carte d'incidence maximale du SIDA en Afrique correspondrait à celle où l'ultime effort d'éradication de la variole aurait été accompli. C'est cette introduction massive du virus vaccinal au sein d'une population séropositive mais dormante qui pourrait avoir donné le coup d'envoi au phénomène SIDA… '

Pr, Robert GALLO, Le Times:
"J'ai toujours dit que l'usage de vaccins de virus vivants, comme l'on pratique en Afrique, peut activer un virus endormi comme celui du SIDA…"

Déclaration d'un conseiller auprès de l'O.M.S., Times, Il mai 1987:
"Maintenant je suis convaincu que la théorie mettant en cause la vaccination antivarioique est bien l'explication de l'explosion du SIDA…"

BIOCONTACT, janvier 1996:
"Il semble donc hautement probable que ce vaccin polio buvable, le fameux Sabin, préparé par culture sur ces singes verts d'Afrique, était contaminé par le virus STLV3, et que ce virus était peut-être le 1er chaînon évolutif expliquant l'apparition du virus VIH. Comment s'étonner par conséquent de l'extension incroyablement foudroyante de l'épidémie d'infection par le VIH, quand on connaît la qualité de la couverture médicale vaccinale mondiale vis-à-vis de la poliomyélite".

The Lancet, 1995-1071-4 :
"Une étude Britannique met en cause le vaccin antirougeoleux dans la fréquence des maladies de Crohn et recto-colites ulcéro-hémorragiques (qui sont des maladies auto-immunes) de façon irréfutable (2,5 à 3 fois plus de cas chez les vaccinés sur un groupe de 3.545 personnes contre 22.000 sujets témoins - avec présence du virus de la rougeole dans les prélèvements intestinaux biopsiques)."

Panorama du médecin, 29 novembre 1994 :
"Augmentation des cas de rougeole chez les personnes vaccinées…3 % en 1985 contre 27 % en 1994. Les maladies infantiles, bénignes chez l'enfant, sont de plus en plus fréquentes chez les adultes et les formes graves semblent s'accroître…"

Dr ODENT,
Guide des vaccinations, Direction Générale de la santé:
"Fréquence de toutes maladies, particulièrement otites et crises d'asthme chez les enfants vaccinés…Les enfants non vaccinés sont en meilleure santé..."

La Recherche, avril 1995:
"Une trentaine de cas de scléroses en plaques post-vaccinales sont soignés au service de neurologie de l'hôpital de la Salpétrière à Paris"

Pr Olivier GOUT, Chef de Clinique, La Salpétrière, VSD, 14 novembre 1996:
"Effectivement nous soignons ces maladies et des recherches sont en cours sur l'imputabilité du vaccin Il est trop tôt pour livrer des conclusions, mais il semble bien y avoir quelque chose."

Sylvie SIMON,
La Dictature Médico-scientifique, p. 184:
"La propagande abusive pour la vaccination contre l'hépatite B a commencé dès le mois de juillet 1994. Après avoir conclu un marché avec Smith Kline pour le vaccin Engerix, Philippe DOUSTE-BLAZY, alors Ministre de la santé, a envoyé une circulaire aux recteurs d'Académie pour demander d'inscrire la vaccination des élèves de 6e et de 4e parmi les priorités pour l'année 1994-1995..."

Françoise JOET, Le Courrier d'Alis:
"Est-ce que les enseignants français feraient désormais partie de la filière santé? Quel est réellement le rôle de chacun? D'aider à remplir les caisses de l'entreprise Smith Kline Beecham et de vider celles de la Sécurité Sociale?…"

Dr Alain SCOHY:
"L'accumulation des vaccins de toute nature tous azimuts sans le moindre intérêt thérapeutique, curatif ou préventif, épuise et affole le système immunitaire, ce qui est la base indispensable à l'installation de la maladie Sida. Le nouveau vaccin contre l'hépatite B risque fort d'être la goutte d'eau qui fera déborder le vase..."

"... Le vaccin contre l'hépatite B présente de réels dangers pour ceux qui le recevront..."

"En plus de ce risque de contamination, soit par des prions (les cellules sont nourries avec du sérum de veau), soit par des virus inconnus à ce jour, ce vaccin inocule de façon absolument certaine des substances éventuellement cancérigènes, et des résidus d'outils de manipulations génétiques qui pourraient bien être à l'origine de cas de tératogenèse. Par ailleurs ces vaccins sont à l'étude: on ne pourra en mesurer l'éventuelle efficacité comme la nocivité que dans 15 ou 20 ans, d'après leurs promoteurs, ce qui fait que toutes les personnes inoculées sont en fait, à leur insu, des cobayes! ' ' Tout ceci pour éviter une maladie complètement hypothétique qui a tendance à régresser spontanément dans nos pays, et qui guérit, sans traitement, dans 9 cas sur 10..."


Michel GEORGET, agrégé de biologie, Professeur honoraire des classes préparatoires aux grandes Écoles biologiques:
"Quand on sait que l'immunité accordée au vaccin est de courte durée et que l'hépatite B se transmet essentiellement par les relations sexuelles et la toxicomanie intraveineuse, on imagine le bénéfice que les bambins vont retirer d'une telle opération… Les vaccinations de masse se font dans un contexte d'incertitude: des procédés de fabrication qui ne peuvent garantir des produits totalement purs, des individus tous différents, dont les capacités de défense ne sont jamais testées avant, ni vérifiées après la vaccination.
Dans ces conditions, n'est-il pas urgent de réfléchir aux conséquences à long terme des vaccinations?"

Mirko BELJANSKI, ancien Directeur de recherche au C.N.R.S.:
"Le vaccin contre l'hépatite B issu du génie génétique, contient 10/15 fois plus d'activité dangereuse (TdT) que le vaccin traditionnel. Pourquoi tout ceci n' a-t-il pas été contrôlé avant la diffusion par les puissants laboratoires qui sont derrière ces vaccins?"

Françoise JOET, Courrier d'Alis, n° 13:
"Le plus extraordinaire est que l'on continue à prôner ce vaccin, que les campagnes de vaccination redoublent de zèle, pour inciter les individus à se faire vacciner, alors que pratiquement dès le début de son utilisation, on savait qu'il pouvait déclencher des scléroses en plaques, tout spécialement chez les personnes porteuses du gène HLA DRE.
La mention de la sclérose en plaques figure parmi les effets indésirables de ce vaccin dans toutes les notices qui l'accompagnent.
Comment laisser pratiquer ce jeu de roulette russe par des gens assez cyniques pour prétendre, en toute connaissance des dangers liés à ce vaccin, qu'ils agissent pour le bien de l'humanité?"

Pr PARIENTE, Le Concours Médical, 20 janvier 1974:
"Le système immunitaire s'avère particulièrement endommagé à la suite de vaccinations de routine…'
"…Le capital immunologique se trouve substantiellement amoindri chez les nombreux enfants soumis aux programmes vaccinaux courants…"

Le Quotidien du Médecin, 9 mai 1996:
"...Une simulation antigénétique, en l'occurrence un rappel de vaccin antitétanique, augmente transitoirement l'expression du VIH1 chez les personnes infectées, et rend plus susceptibles au virus les personnes non infectées..."

Celui qui vient, p. 143, citation du Dr SCOHY:
"…La guerre du Golfe pendant l'hiver 1991, aurait dû nous servir de leçon. 50.000 G.I. américains environ sont envoyés là-bas, et subissent au moins 4 vaccins…"
"…20.000 anciens soldats sont malades aujourd'hui. 2.000 sont décédés. Surtout il y a eu en 3 ans 2.000 naissances d'enfants gravement anormaux..."

Dr Louis DE BROUWER (précité):
"Du fait des vaccinations, les individus sont devenus de véritables réservoirs à virus, et leurs défenses immunitaires sont tellement amoindries que de nouvelles affections incurables et gravissimes apparaissent chaque jour…"

L'impatient, juin 1996 :
"Hépatite B: LE SCANDALE"

Le Monde, 5 décembre 1996:
"...Controverse sur l'innocuité du vaccin contre l'hépatite B..."

Science et avenir, janvier 1997:
"6 millions de Français vaccinés abusivement.
Coût pour la collectivité: 1 à 2 milliards de francs par an."

Le Progrès (Lyon), 11 février 1997:
"Hépatite B : les victimes veulent la vérité sur le vaccin. ' Dr Robert Janiak: "Je n'aurai jamais dû être vacciné. 4 % des gens possèdent le même typage HLA que moi, et au total 17 % ont un phénotype à risque. Pour eux la vaccination est une loterie sordide."


Question n° 3:

Mais alors, si les vaccins sont inefficaces et dangereux, pourquoi nous le cache-t-on et, pourquoi continue-t-on?

Réponse:

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur les véritables raisons des campagnes de vaccinations.

Le Courrier d'Alis, n° 12:
"Les médecins doivent obéir aux diktats des experts du ministère, conseillés par les marchands de vaccins, l'obtention de la couverture vaccinale étant le prétexte qui masque à merveille le mercantilisme de l'industrie pharmaceutique…"

"… Il est heureux qu'un nombre grandissant de praticiens découvre les manoeuvres de manipulation dont il est l'objet. Leur prise de conscience sera salutaire et permettra de redonner tout son sens à leur profession…"

Dr Alain SCOHY:
"Les campagnes publicitaires en faveur des vaccins représentent un endoctrinement type lavage de cerveau…On utilise tout d'abord la désinformation, avec trucage des chiffres statistiques et amalgame savant de l'effet protecteur du vaccin avec d'autres affections et une annonce de possibilité de contagion totalement fantaisiste. Ensuite on sème la terreur, pour faire croire à l'ensemble de la population que telle maladie est effroyable, mettant au même rang de gravité une banale rougeole et une poliomyélite paralysante. Ensuite on procède à la banalisation de l'acte vaccinal…"

Dr Jacqueline BOUSQUET:
"Si les dogmes n'étaient pas aussi forts, on pourrait suggérer timidement que les divers virus sont peut-être des effets et non des causes, ou du moins qu'ils agissent en réponse à une ou plusieurs causes situées en amont: dénutrition, et absence d'eau potable principalement, mais aussi endémies anciennes, et…campagnes de vaccinations massives dans le tiers-monde.
Mais on n'a pas le droit, sous peine d'être qualifié d'hérétique. Beaucoup ont essayé depuis Pasteur, d'orienter la médecine sur d'autres voies. En vain."

Sylvie SIMON, La Dictature médico-scientifique, p. 200:

"… Le marché mondial des vaccins représente quinze milliards de francs, dont 6 milliards pour l'Europe…"

"… En 1984, Charles Mérieux proposa à Charles Hernu, alors Ministre de la Défense, la création d'une double structure: une Bioforce civile pour faire de l'humanitaire d'urgence, et une Bioforce militaire pour assurer l'intendance. La première mission de cette Bioforce allait consister à vacciner 15.000 enfants à Madagascar, (cf L'Express 13 mai 1995). Cette action servit surtout à écouler les stocks de vaccins des Laboratoires Mérieux qui profitèrent ainsi de l'argent alloué à l'aide humanitaire pour faire d'énormes bénéfices."

"L'institut Pasteur et le Centre de Transfusion sanguine, celui du sang contaminé, étaient également partenaires…"

Géo Magazine, septembre 1994:
"La première action de Bioforce fut d' entamer une campagne de vaccination sur une population exsangue, très exposée aux maladies infectieuses…'

Le Point, 20 janvier 1996:
"En Inde, 80 millions d'enfants ont été vaccinés contre la polio en deux jours par le vaccin oral. Une campagne massive qui a nécessité 500.000 postes de vaccination. 2 millions d'agents et 10 millions de volontaires. 2 autres journées seront organisées en 1996 et 1997 pour le rappel…"

Dr Louis DE BROUWER:
"La vraie médecine a été remplacée par un système pharmacologique dont le seul objectif est le profit et non pas l'intérêt du malade…"

"Le Progrès" (de Lyon), publicité:
"… BIENVENUE DANS LE CAPITAL DE RHONE-POULENC.
Quand Rhône-Poulenc vaccine 20 personnes par seconde dans le monde, c'est bien pour les actionnaires…" [!!!]

Celui qui vient, p. 117:
"… En 1977, la déclaration d'Alma Ata, donnait à l'O.M.S. (Organisation mondiale de la santé), le moyen d'étendre le Flexner Report non seulement à l'Amérique du Nord, mais au monde entier, au nom de la santé et du bien-être des populations de la Terre…"

"…Qui contrôlait l'O.M.S. ? Là est la question et aussi la réponse : l'O.N.U., l'organisme des financiers mondiaux. De plus en plus subtilement les autorités médicales et politiques nous dépossèdent de nos biens et de nos droits et nous mutilent… C'est le régime de la terreur médicale. C'est un monopole mondial."

Dr G. LANCTOT: La Mafia Médicale, p. 125:
"La vaccination engendre la violence sociale et le crime. Quelle meilleure façon de déstabiliser un pays…et de renforcer les contrôles policiers et militaires?…"
"…La vaccination encourage la dépendance médicale et renforce la croyance de l'inefficacité de notre système immunitaire. Elle crée des assistés permanents…Elle encourage la dépendance morale et financière des pays du Tiers-monde vis à vis des pays occidentaux…"

Serge MONAST (journaliste au Québec), Les services secrets des vaccins:

"... Un grand nombre d'infirmières et de médecins se sont demandés à juste titre, par rapport à cette vaccination (méningite), comment il se faisait qu'un protocole particulier soit rendu nécessaire pour l'administrer, alors qu'ils avaient l'habitude d'administrer des vaccins. Ce protocole était d'ailleurs prévu par le gouvernement pour cette injection spécifique. Fait inusité, la manière dont il fallait incliner la seringue avec un angle particulier pour injecter ce vaccin, de même la pression très forte qu'il fallait appliquer pendant plusieurs secondes à l'endroit même où l'injection avait lieu, puis l'aiguille de la seringue qu'il fallait retirer très rapidement.

Ce fait, rattaché au protocole spécial est d'autant plus étrange dans l'administration d'un vaccin contre la méningite, qu'il ressemble en tout point à la manière dont doit être injecté un implant électronique servant à l'identification personnelle, et fabriqué, entre autres, par Texas Instruments".

Panorama du Médecin, février 1996:
"…La dernière génération d'implants mammaires est à base d'huile de soja…le liquide de remplissage de cette prothèse qui porte le nom de Trilucent TM, se compose de triglycéride, substance naturelle dérivant du soja biocompatible avec l'organisme humain et résorbable par celui-ci…Trilucent TM est par ailleurs muni d'un système d'identification unique en son genre qui permet un suivi à long terme de l'implant. Ce dernier est en effet muni d'une micro-puce, renfermant un code individuel auquel on accède par un lecteur manuel."

Lientenant Colonel John B. ALEXANDER, Military Review (U.S.), décembre 1980:
"La possibilité de guérir ou de causer des maladies peut être transmise à distance, causant des maladies ou la mort sans cause apparente…D'autres techniques d'influence d'esprit à esprit sont considérées. Si elle est perfectionnée, cette capacité pourrait permettre le transfert direct de la pensée, via la télépathie, d'un esprit ou un groupe d'esprits, à un public ciblé choisi. Le facteur intéressant est que le récepteur ne sera pas conscient du fait que des pensées lui sont implantées de source externe. Il ou elle pensera que ses pensées lui sont propres…"

James W. MC CONNELL, Psychology Today, 1970:
"Nous devrions réformer de sorte que nous, serions tous entraînés, dès la naissance, à faire exactement ce que la société exige de nous. Nous avons les techniques pour le faire…Personne n'est le détenteur de sa propre personnalité… Vous n'avez pas choisi la personnalité que vous. avez, et il n 'y a pas de raison de croire que vous devriez avoir le droit de refuser de recevoir une nouvelle personnalité si l'ancienne est antisociale…"

Anne MEUROIS-GEVAUDAN, "Celui qui vient". Extrait de la traduction d'un document confidentiel, donné par un journaliste américain à Serge MONAST:

"Bibliothèque du Sénat des États-Unis - Audiences devant un Haut Comité du Comité sur les affectations. Maison des représentants - Haut comité du Département de la Défense":

… Financement pour le développement du Virus du SIDA [!!!]:

"… La mise en pratique du programme et des laboratoires devait être complétée pour 1974-1975, et le Virus prêt entre 1974 et 1979. L'O.M.S. commença à injecter le SIDA lié au vaccin contre la variole à plus de 100 millions d'Africains en 1977. Plus de 2.000 jeunes blancs mâles homosexuels (opération "cheval de Troie") reçurent une injection avec le vaccin (trafiqué) de l'hépatite B en 1978…

Le développement du virus avait apparemment deux buts: le premier en tant qu'arme politique et ethnique devant être utilisée contre les noirs, et le second pour réduire le taux de population… '
Robert MAC NAMARA, Ancien secrétaire d'État américain, "J'ai tout compris", (N° 2, février 1987):

"Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire le taux de natalité s'est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux de mortalité. Comment? Par des moyens naturels, la famine et la maladie…"

Dr Guylaine LANCTOT, La Mafia Médicale, p. 126:
"Au cours du procès intenté à la C.LA., le Dr GOTLIEB, cancérologue, a reconnu avoir déversé, en octobre 1960, une grande quantité de virus dans le fleuve Congo (au Zaïre), pour le polluer et contaminer les populations qui utilisaient son eau… [!!!] Le Dr Gotlieb a été nommé à la tête du National Cancer Institute…"

"… Il est évident que l'Afrique, surtout le centre et le sud, contient des ressources fabuleuses qui ont toujours suscité la convoitise des occidentaux.

Malheur à ceux qui résistent! Les colonies ont disparu mais pas le colonialisme…"

"… La vaccination décime les populations… Elle permet la sélection des populations à décimer. Elle facilite les génocides ciblés. Elle permet de tuer les gens d'une certaine race, d'un certain groupe, d'un certain pays…"

"… Prenons l'Afrique comme exemple, nous constatons la disparition presque complète de certains peuples africains. Comme par hasard il y en a plusieurs dans la même région: Zaïre, Ouganda, extrême sud du Soudan…"

"En 1967, à Marburg (RFA) 7 chercheurs travaillant sur des singes verts d'Afrique, sont morts, frappés d'une fièvre hémorragique inconnue. En 1969, comme par hasard la même maladie tue 1.000 personnes en Ouganda. En 1976 une nouvelle fièvre hémorragique inconnue tue dans le sud du Soudan… puis au Zaïre…"



DEUXIÈME PARTIE

LES VACCINS OBLIGATOIRES

Question n° 4:

Oui, mais, en France nous avons 4 vaccins obligatoires. Ceux-là ne sont tout de même pas inefficaces et dangereux?

Réponse:

Nous avons l'obligation d'être vaccinés contre le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, et la tuberculose (B.C.G.).

Prenons donc chaque vaccin l'un après l'autre.

Examinons d'abord quelques précisions de scientifiques sur les vaccins obligatoires.

A - 1er vaccin obligatoire: LE TETANOS

Question n° 5:

Le vaccin contre le tétanos est-il efficace?

Réponse:

Sylvie SIMON, Vaccination, l'Overdose:
"…Dans l'armée française, la plus vaccinée des armées alliées (plus de 4 millions de vaccinations d'octobre 1936 à juin 1940) le taux de morbidité tétanique par mille blessés est resté le même pendant la campagne de 1940 qu'avant ces vaccinations massives. Dans l'armée Grecque, non vaccinée, la fréquence du tétanos au cours de la dernière guerre a été 7 fois moindre que dans l'armée française."

Fernand DELARUE, L'intoxication vaccinale, le Seuil, 1977:
"Dans l'armée américaine, pendant la 2e guerre mondiale, il y eut 10 millions de mobilisés, 500.000 blessés, et 12 cas de tétanos: 6 chez les non-vaccinés, 6 chez les vaccinés…"

Dr F. JOET, tétanos: le mirage de la vaccination:
"… En 1959 EDSALL parlait déjà de l'échec du vaccin.
GOULON en 1972 a vu 10 sur 64 patients immunisés contracter le tétanos. Même chose chez BERGER en 1978 qui a noté diverses observations sur des patients bien vaccinés qui avaient malgré tout contracté le tétanos."

PASSEN et ANDERSEN en 1986 citent le cas d'un homme de 35 ans qui avait contracté le tétanos malgré un taux d'anticorps 16 fois supérieur au seuil considéré comme protecteur. Il avait reçu tous les rappels dans son enfance et tous les rappels réguliers jusqu'à 4 ans avant l' accident.

CRONE et REDER en 1992 décrivent 3 patients qui ont contracté un tétanos grave malgré un titrage d'anticorps élevé. Un de ces patients est mort. 2 d'entre eux avaient été vaccinés un an avant de contracter la maladie. L'un avait été délibérément hypervacciné afin de produire commercialement des globulines antitétaniques"..."

"... Très intéressante également cette constatation recueillie en Finlande: de 1969 à 1985, 106 cas de tétanos, ont été déclarés… 66 % étaient vaccinés…

On constate que toutes les vaccinations, y compris la vaccination antitétanique, sont susceptibles de provoquer des formes bâtardes de la maladie, avec des symptômes déroutants et un état pathologique de difficile description. Le vaccin a-t-il été la cause déclenchante? Il est permis de le penser…"

Sylvie SIMON, "Vaccination, l'Overdose":
"… En résumé, ce sont les pays où la vaccination est la moins pratiquée qui présentent le moins de cas de tétanos. Il se trouve que la France détient le record des cas de tétanos après le Portugal."

Dr Marc VERCOUTERE :
"… Fâcheuse coïncidence, dans ces 2 pays cette vaccination est obligatoire…"

Question n° 6:

Le vaccin antitétanique est-il dangereux?

Sylvie SIMON, Vaccination l'Overdose, p. 99:

"... Choc anaphylactique pouvant entraîner la mort dans les heures qui suivent la vaccination, urticaire généralisé, syndrome de Lyell, asthme, encéphalite, paralysie des nerfs respiratoires, épilepsie, complications cardiaques (infarctus, etc.)"

Dr Kris GAUBLOMME:
"... Ce n'est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à un vaccin."
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4207
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

ven. 12 juil. 2013 09:40

Un livre sur l'aluminium et les vaccins
aluminium-vaccins.pdf
livre aluminium et vaccins
(1.59 Mio) Téléchargé 545 fois
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4207
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

ven. 12 juil. 2013 10:02

Action immunologique des vaccins

Dès son premier contact avec un organisme, une substance étrangère (bactérie, virus, parasite ou simple toxine), que les médecins appellent antigène (AG), est reconnu par les cellules du système immunitaire. Ceci entraîne, selon le cas, soit une réponse dirigée contre cet AG, soit au contraire, un état de tolérance. La réponse immunitaire se manifeste sous la forme d'une réaction à médiation cellulaire (lymphocytes T) ou par la production d'AC (par les lymphocytes B). Dans de nombreux cas les réactions sont mixtes.

Au deuxième contact avec l'AG, le type de réponse est en grande partie déterminé par l'effet de la première stimulation, mais l'intensité et la quantité de la réponse sont différentes, à la fois par leur nature et par leur amplitude. C'est cette mémoire immunologique qui permet la production d'une réponse secondaire forte qui est à la base du principe de la vaccination.

Or, même après plus d'un siècle de recherches, les scientifiques connaissent mal les fonctions qui constituent le mécanisme de protection normale contre les infections de beaucoup de micro-organismes étrangers (les virus surtout) : la production de vaccins reste empirique. Il existe toujours un danger d'activer des fonctions effectrices inappropriées, provoquant des maladies plus sévères ou des états immunopathologiques.

Les vaccinations précoces et/ou répétées, en mobilisant les possibilités des systèmes de défense immunitaires (SRE) pour la production d'AC antimicrobiens variés vont réduire en proportion les capacités de détoxication, ainsi que l'effet cytotrophique du SRE, réalisant un véritable "vieillissement expérimental", que les malades ressentent souvent fort bien (asthénie post-vaccinale, dermite sèche ...). Ce phénomène est encore plus net lorsque le sujet présente un déficit génétique (ex.: atopie) ou acquis (ex.: allergie post-médicamenteuse) du SRE.

Ces notions se sont précisées dans les années 80, suite aux travaux des prs. Jerne, Roland et Cazenave. Ces chercheurs ont mis en évidence le fait que chaque molécule d'AC réagit avec les autres éléments du système immunitaire par deux sites distincts (idiotope et paratope). La présence d'un antigène vaccinal (AG ou épitope) va induire la production d'un AC spécifique de première génération (AC1) dont l'image interne sera l'aspect "en miroir" de celui de l'AG. Le complexe AG-AC ainsi formé n'étant pas éliminé par la fièvre et l'activation du complément (les vaccins sont justement préparés pour ne pas induire de réaction inflammatoire !), il va se produire un ensemble d'AC de seconde génération (AC2) dirigés contre le paratope et l'épitope des AC1. Or l'idiotope de ceux-ci étant l'image en miroir du précédent, ils vont pérenniser le motif antigénique vaccinal (AC2 = AG). Le phénomène va s'amplifier dans le temps, donnant naissance à des AC de troisième, quatrième, cinquième, etc ... génération !
les vaccins 6.gif
les vaccins 6.gif (1.74 Kio) Vu 3082 fois
Cette découverte connaît, depuis les années 90 un intérêt considérable à la suite de confirmations scientifiques irréfutables. Alors que la théorie clonale classique explique bien la réponse immunitaire conventionnelle (protection contre les infections), le "réseau d'idiotypes" justifie l'activité lymphocytaire spontanée, l'existence d'AC naturels chez l'homme non immunisé, les phénomènes de tolérance, la mémorisation et l'évolution dans le temps de l'immunité.
les vaccins 7.gif
les vaccins 7.gif (3.07 Kio) Vu 3082 fois
Le réseau d'idiotypes participe activement à l'homéostasie générale des êtres vivants. La plupart des stimuli sont multiples (nombreux sites antigénique polymorphes), pour lesquels les AC de première génération ne constituent que 10% des immunoglobulines sécrétées. Le réseau d'idiotypes est subdivisé en de multiples sous-réseaux qui interfèrent entre eux de la même manière. La densité du réseau dépend du nombre de composants nécessaires pour s'autoréguler par connectivité entre ses éléments. Le réseau d'idiotypes est "métadynamique", c'est à dire que même sans agression extérieure, la différenciation continuelle des lymphocytes par rapport à leurs précurseurs permet une production sans cesse renouvelée de nouvelles séquences peptidiques. Ainsi, il faut comprendre qu'un certain niveau d'auto-immunité est physiologique.

Dans le sérum d'animaux non immunisés, on retrouve des AC correspondant à une grande variété de constituants cellulaires et humoraux. Ces auto-anticorps ont reçu le label de "naturels". Leur activité auto-immune est contrôlée (inhibée) grâce à l'activité interne du réseau (interactions IgG - IgM).
les vaccins 8.gif
les vaccins 8.gif (2.5 Kio) Vu 3082 fois


Ces auto-AC (naturels) jouent un rôle important de régulation du système immunitaire :

ils constituent un ensemble de connexions (d'où le terme de "réseau") prêtes à intervenir pour toute réaction antigénique,
ils protègent les cellules porteuses du "soi" d'une attaque auto-immune,
ils se lient aux substances cataboliques pour faciliter leur élimination.
Ce réseau tridimensionnel d'immunoglobulines fonctionne de manière autonome, une adaptation dynamique intervenant dès que l'homéostasie tissulaire se trouve modifiée. Rôle pathogène des réseaux d'idiotypes :

Un phénomène d'auto-immunité peut se développer via une réaction croisée fortuite entre différentes populations cellulaires : L'anti-idiotype (2) dirigé contre l'anticorps microbien est anti-Soi (c'est à dire auto-immun). L'anticorps (1) a un déterminant ressemblant à un déterminant AG du Soi (cas du Rhumatisme articulaire aigu, de la Glomérulonéphrite ...). On observe (durant les périodes de rémission) une régulation de ces anticorps (2) par le réseau d'idiotypes (3).



Effets observables

Cliniquement, on observe trois grands types de complications suivant (plus ou moins rapidement) le stress vaccinal :

a - une forme atypique ou larvée de la maladie que la vaccination était sensée prévenir (ex: toux des vaccins contre la Coqueluche et la Grippe, troubles digestifs des vaccins contre les Hépatites A et B...),

b - une aggravation d'un état pathologique préexistant, cas des réactivations virales (ex: poussée d'Herpès après vaccin Hépatite B) et des manifestations allergiques (cf. la multiplication par 4 en 10 ans du nombre des enfants allergiques en France), plus rarement des poussées évolutives de Leucémie aiguë (rôle des oncovirus) ont été signalées (après une vaccination à virus vivants).

c - une maladie auto-immune. Les maladies auto-immunes (MAI) apparaissent alors comme des affections multifactorielles, expression d'une déstabilisation du réseau. L'auto-immunité augmente avec l'âge, l'incidence familiale (spécificité HLA), les antécédents d'infections (virale, bactérienne ou parasitaire) ou/et de vaccinations, la prise de certains médicaments (ex: Aldomet et anémie hémolytique, Hydralazine et lupus ...). Ces MAI sont des affections graves (phase 5 de Reckeweg), dégénératives, qui peuvent toucher tous les organes et nécessitent des traitements lourds (anti-inflammatoires, corticoïdes ou immunosuppresseurs).

Parmi le grand nombre d'affections auto-immunes décrites, le public en connait quelques-unes assez fréquentes, ainsi : la Polyarthrite rhumatoïde, la Spondylarthrite ankylosante, la Sclérose en plaques, la Rectocolite hémorragique, le Lupus érythémateux disséminé, la Sclérodermie, la maladie de Basedow, la Myasthénie, certaines Cirrhoses... Mais les phénomènes immuns interviennent aussi dans de nombreuses autres pathologies comme le diabète juvénile, le psoriasis, les artérites, certaines albuminuries ... L'évolution se fait généralement par poussées, réactivées par différents facteurs (les rappels vaccinaux peuvent, là aussi, jouer un rôle déclenchant ou aggravant).

Vers quelle situation allons-nous évoluer après quelques dizaines d'années de polyvaccinations systématiques ? L'état sanitaire se rapprochera sans doute de celui des populations des zones tropicales africaines, où les individus vivent depuis des siècles sous un "gradient parasitaire" important : ces populations y ont développé une hyper-immunité permanente, qu'ils transmettent à leur descendance, ce qui induit un développement considérable de pathologies telles que le diabète, l'hypertension artérielle, les arthrites chroniques ... et qui réduit statistiquement leur espérance de vie d'environ 5 années par rapport à leurs homologues (cas des noirs nord-américains, à conditions de vie égale) des pays tempérés où le gradient parasitaire était (avant l'ère des vaccinations) notablement plus faible.



« Il n’est pas raisonnable de supposer que la manipulation du système immunitaire au moyen d’un nombre croissant de vaccinations pendant les périodes critiques du développement cérébral ne finira pas par engendrer des effets indésirables sur le développement neurologique de l’enfant. »


Etude originale: Neurologic adverse events following vaccination; Progress in Health Sciences, 2012, Vol.2, n°1, Sienkiewicz D., Kulak W., Okurowska-Zawada B., Paszko-Patej G.

source article et autres articles
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
claire88

ven. 12 juil. 2013 19:00

Merci encore pour toutes ces nouvelles informations, j'ai tout lu et enregistré :-)
Je crois que je n'ai plus de doutes désormais, je regrette juste devoir m'engager dans ce que je suppose devenir une bataille avec le corps médical pour refuser tout vaccin y compris le DTP...
Avez vous personnellement essayé et connaissez vous des parents qui ont réussi en utilisant la méthode que vous décrivez au premier post ?
Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4207
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

sam. 13 juil. 2013 23:43

pas forcément besoin d'entrer en guerre, juste poser l'action juste avec fermeté.

Pour ma part pas de question avant l'entrée en primaire, avant juste un papier de notre part précisant que ma fille était suvie au niveau vaccinal.
Pas de faux, suivie ne veut pas dire vaccinée.

Je me fais le relai d'informations mais je n'ai pas testé directement

En tous cas rien d'obligatoire avant une éventuelle entrée en crèche et peut être voir ses priorités

bonne journée

jean-pierre
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
libelluleargentee
Coévoluant
Messages : 101
Enregistré le : dim. 13 nov. 2011 06:10

lun. 15 juil. 2013 01:16

Ce n'est pas très "régulier" ce que je vais dire, mais voici:
Si tu peux trouver un MD qui est lui- même convaincu de l'inutilité des vaccins ( il en existe), si vous vous sentez en confiance l'un avec l'autre, ce que tu peux faire est lui amener le vaccin, il note sur le carnet le n° du lot en plus du nom du vaccin (la notification du lot est normalement obligatoire, car en cas de problème avec certains lots vaccinaux, les autorités peuvent remonter vers les patients), il appose son tampon et signature, et "le tour est joué".
L'avantage: c'est plus simple, on ne s'embarrasse pas des formulaires et des discussions à n'en plus finir, on garde sa salive pour manger!
L'inconvénient: il faut le trouver ce MD, et pour ce dernier, il s'agit d'un acte illégal, il s'agit donc que les parties en présence aient vraiment confiance, et que cela ne s'ébruite pas...
libelluleargentee
Coévoluant
Messages : 101
Enregistré le : dim. 13 nov. 2011 06:10

lun. 15 juil. 2013 01:26

Sur le sujet des vaccins, il y a Sylvie Simon qui est absolument imbattable en tant que journaliste. Elle a écrit nombre de livres sur ce problème et toutes ses assertions sont documentées si solidement qu'à ses conférences, le représentant de l'Ordre des MD ne pouvait la contredire, ni trouver reproche à ses arguments, tant ceux-ci étaient fondés, référencés. Elle se devait justement d'être inattaquable sur ses écrits, car vous pensez bien que les lobbies pharmaceutiques décortiquent ses propos afin de pouvoir lui intenter un magistral procès qui la mettrait hors circuit pour le restant de ses jours...
Avatar du membre
Dalila
Coévoluant
Messages : 373
Enregistré le : mer. 29 mai 2013 05:29

mar. 16 juil. 2013 18:59

Merci pour ces precieuses informations. C'est vraiment tres interessant. Il est toujours bon de pouvoir lire des propos scientifiques sur la question, car comme il est si bien dit parler des vaccins en France est un vrai tabou, il est presque impossible d'avoir une discussion construite et raisonnable sur ce sujet.

Je vais aussi jeter un oeil a ce que dit cette Sylvie Simon.
Répondre

Retourner vers « Soins, énergétique, thérapies, santé »