fermer la fenetre

Et si vous vous autorisiez à accueillir ?

Souvent la vie nous pousse à beaucoup donner !

Acceptez de recevoir...
Je vous offre 3 cadeaux pour nourrir l'ame et le corps

 

 

La petite chapelle perdue

Images, questions, expériences sur un lieu et pourquoi il vous a parlé.

La petite chapelle perdue

Messagepar Cactus » Ven 11 Aoû 2017 17:32

Bonjour


Perchée sur un ravin, elle est bâtie contre le rocher.
On y arrive à pieds!
De belles présences l'habitent, peut-être...................
Notre Dame de Verdale, dans le Lot.
Bonne journée

P7130001_2.jpg
La Foi sans oeuvre est morte!
Aller à l'essentiel!
Avatar de l’utilisateur
Cactus
Coévoluant
 
Messages: 209
Enregistré le: Sam 20 Aoû 2011 11:49

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Jean-Pierre Martinez » Sam 12 Aoû 2017 08:23

Merci pour la photo !

Un endroit pour faire le point sur ce qui est important.
Au delà du "moi, moi je veux !"

Aurais tu des images de l'intérieur ?
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Juste ici et maintenant en présence.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Martinez
 
Messages: 4041
Enregistré le: Lun 5 Nov 2007 22:33
Localisation: Limousin - Marval (87)

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Cactus » Sam 12 Aoû 2017 15:36

Si vous avez du temps à perdre !

Pas facile de pénétrer dans la chapelle.
Sur la porte, une affiche indique que la chapelle est ouverte de 15h à 18h les jeudis pendant les mois de juillet et d’août.
Bien sur, lors de mes passages, ce n’était jamais un jeudi et encore moins en juillet ou en août !
J’y suis donc venu délibérément jeudi 13 juillet.
On peut y accéder de deux façons :
La première par un parking en aval du ravin, auquel cas il faut chausser les chaussures de randonnée, longer le torrent sur un sentier qui le traverse 2 fois et aboutit à la chapelle par une pente conséquente (Je l’ai parcouru dans l’autre sens, il doit falloir compter bien 25-30 minutes).
La deuxième façon, pour les paresseux comme moi qui veulent accéder rapidement, est d’utiliser le parking situé au dessus de la chapelle, distant d’environ 700m mais la pente est également importante.
En fait, la chapelle est suspendue à mi-hauteur du ravin.
J’arrive donc vers 14h30 !
Je fais mon petit tour habituel, vais jusqu’au bout de la terrasse située coté ravin accédée par un genre de chemin de ronde surplombant le vide puis je reviens m’asseoir sur les marches du parvis !
Là ! Je ne risque pas de manquer l’ouverture de la chapelle.

15H ! Rien !
15H15 ! Rien !
Un couple de randonneurs arrivant justement par le bas débarque sur l’esplanade, me salue, va vers la terrasse extrême.
Ils reviennent 10 mn après, constatent que la porte est toujours fermée, se lassent puis repartent.
15h30 ! Toujours rien !
Ils exagèrent, me dis-je en moi-même ! A quoi bon cette affichette si elle n’est pas respectée !
5 mn après, je vois arriver un vieux monsieur brinquebalant, marchant avec difficulté, s’appuyant sur sa canne à main droite et portant dans sa main gauche un sac, genre sac à provisions avec quatre fleurs qui dépassent.
Il va ouvrir un bâtiment annexe.
Au moins, il a des clés !
15h45 ! Le voilà qui arrive doucement au pied des marches du parvis sur lequel je me trouve toujours, il va certainement monter vers moi…
Pas du tout, il continue son chemin comme pour aller sur la terrasse, va jusqu’à l’extrémité des marches, pivote sur sa gauche, prend sa canne de la main gauche, attrape de sa main droite une rampe à laquelle je n’avais pas prêté attention et attaque enfin l’escalade des marches restantes, car le fait d’aller à l’extrémité des escaliers, le terrain remontant, lui a fait éluder au moins deux rangées de marches ! Futé !
Il me salue en arrivant à ma hauteur et introduit (enfin) la CLE dans la porte de la chapelle.
Je jubile ! Je vais pouvoir entrer dans la chapelle à sa suite !
Je veille bien à lui emboîter le pas, de façon qu’un hypothétique courant d’air ne referme pas la porte devant moi !
J’y SUIS !
Il me précède et me dit :
« Venez avec moi ! »
Arrivés tous deux au niveau du transept, il s’arrête, pose son sac sur la marche du chœur, et commence à conter l’histoire de la chapelle, sa genèse, sa destruction, sa reconstruction, en me précisant bien ce qui relevait de la légende d’un côté et de la réalité de l’autre.
D’ailleurs, les vitraux, racontent et illustrent l’histoire de la chapelle, ajoute-t-il !
20 mn plus tard, il me parle toujours de la chapelle, je vois bien qu’elle tient une très grande place dans sa vie, des difficultés rencontrées pour financer les travaux d’entretien, etc.
Ce brave homme était donc le curé qui avait, dans son ministère, la charge de cette chapelle.
« J’ai 86 ans, me dit-il, et je prends ma retraite au mois de septembre ! »
Je suis pris d’un coup d’une grande admiration pour lui car venir entretenir ce lieu ne devait pas être chose facile pour lui, et je me surprends à lui envoyer des ondes de sympathie ou alors est-ce de lui qu’émanent ces ondes ?
Puis, je ne sais comment, nous en arrivons à parler de Rocamadour et des pèlerinages célèbres.
« Pfuit ! Les gens viennent en pèlerinage à Rocamadour et garent leur voiture sur le parking supérieur, au dessus du sanctuaire et y descendent (au sanctuaire) !
Mais, ce n’est pas ainsi que l’on va en pèlerinage !
En pèlerinage, on ne descend pas ! On monte vers le Divin ! » Me dit-il !
Je trouvais alors ses paroles pleines de bons sens quelque part tout en pensant que l’on pouvait peut-être descendre vers le divin………en Soi.
Puis il me quitte, se dirige vers la sacristie, pour vaquer à ses occupations, notamment fleurir l’autel avec ses quatre fleurs, puisque à 17h a lieu la messe.
Je prends donc des photos puis me dirige vers l’entrée de la chapelle, m’assieds sur un banc et prends l’ambiance du lieu.

Ce que je ressens !
Lieu paisible avec une grande sérénité.
Résonne sur
- Tempérance
- Consumations de souvenirs
- Peurs ancestrales
(Il me semble qu’il y a une petite convergence avec Jean-Pierre (que je remercie au passage pour son retour))
Avec PEUT-ETRE.
-Un Courant tellurique
-Une Dragonne de Terre comme gardienne
- Une énergie Archangélique
- Une Présence Celte.

Ce lieu serait-il un ancien lieu de culte celte ?

16h50 ! Je sors de la chapelle et reprends la piste qui remonte au parking, très heureux d’avoir enfin pu pénétrer dans cette petite chapelle perdue au bout de la route en cul de sac et au bord du vide.
Je remonte au parking sans croiser âme qui vive, et je me dis :
« Monsieur le Curé risque d’être bien seul pour célébrer sa messe ! »

Merci de votre patience.

Voici enfin les photos.

P7130002_2_allégée.jpg


P7130004_allégée.jpg
La Foi sans oeuvre est morte!
Aller à l'essentiel!
Avatar de l’utilisateur
Cactus
Coévoluant
 
Messages: 209
Enregistré le: Sam 20 Aoû 2011 11:49

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar sofie » Jeu 17 Aoû 2017 14:51

Super récit ! merci ! et chouette rencontre ! comme quoi tout se mérite !! : )

Par rapport à ton récit et au photo, et par rapport à ce que disait Jp sur "qu'est-ce qui est important", en ce qui me concerne, ça sonne sur "le chemin" , en somme "rien ne sert de courir ou d'être impatient , tout vient à point à qui sait attendre ... "

Merci!
Bises
So
sofie
Coévoluant
 
Messages: 955
Enregistré le: Dim 24 Jan 2010 00:29
Localisation: Limousin

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Hollora » Ven 18 Aoû 2017 11:18

Merci pour les photos et le fabuleux récit, j'ai beaucoup aimé l'ensemble :)
Angélique
Avatar de l’utilisateur
Hollora
Coévoluant
 
Messages: 44
Enregistré le: Mar 18 Avr 2017 11:34

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Cactus » Sam 26 Aoû 2017 20:25

:)
La Foi sans oeuvre est morte!
Aller à l'essentiel!
Avatar de l’utilisateur
Cactus
Coévoluant
 
Messages: 209
Enregistré le: Sam 20 Aoû 2011 11:49

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Cactus » Mer 11 Oct 2017 13:50

Bonjour,

En fait, le post aurait pu s’intituler « Rencontres insolites » plutôt que « La Petite Chapelle perdue ».
Rencontres insolites tant pour les personnalités humaines que pour les lieux, les phénomènes énergétiques et présences.

PA100001.JPG


D’aussi loin que je me souvienne, je n’avais pas eu l’occasion de pénétrer dans la chapelle.
Elle était toujours fermée, un peu comme la précédente.
Sa seule vocation était de servir de lieu d’exposition pendant l’été pour les touristes, aucun culte n’y étant pratiqué.
Il faut dire que les expositions m’ennuient un peu, la foule également sans parler des jours de canicule….
Bref, pour une raison ou pour une autre, cela ne s’était pas fait !

Depuis quelques temps, l’envie de pénétrer dans cette chapelle ne me laissait pas indifférent.
Sauf que, en travaux depuis plus de deux ans, entourée de palissades et d’échafaudages, elle était inaccessible.
Et puis……………
passant par hasard devant la semaine dernière, je constate qu’il n’y a plus de barrière à ma vision globale du bâtiment rénové et qu’encore plus fort,
la petite porte est ouverte.
Il y a un utilitaire garé sur le parking.
Je me gare donc à côté de ce dernier et me dirige vers la porte de la chapelle, y pénètre et me trouve face à un échafaudage sur lequel est juché un homme me tournant le dos et très absorbé à priori par son travail.
D’habitude, lorsqu’on débarque sur un chantier, en principe un transistor poussiéreux et crépit de plâtre braille des publicités.
Point le cas ici, une musique douce ténue donnait le contrepoint au silence quasi mystique.
J’avise l’homme qui se retourne par un :
« Bonjour Monsieur ! Je profite de l’opération « porte ouverte » pour venir voir l’intérieur de la chapelle car je n’ai jamais eu l’occasion de le faire ! Cela ne vous dérange pas ? »
« Non ! Non ! Pas du tout ! » Me répond-il, avec un léger accent étranger.
A priori, il restaure les peintures murales !
Nous échangeons quelques mots puis, ne voulant pas le déranger, je le laisse et parcours la nef !
En fait, il tient dans sa main gauche comme un sceptre, un genre de bâton de bois rond avec à son extrémité une boule de cuir rouge ainsi qu’un pinceau.
N’ayant pas fait les Beaux-arts ni l’école Boulle, je ne suis pas habitué aux outils utilisés par les restaurateurs de peintures.
En fait, le scrutant du coin de l’œil, j’observe qu’il prend appui sur le mur avec l’extrémité en cuir rouge au delà de la zone à restaurer de la main gauche, cette même main tenant en même temps le pinceau et le pointant vers la zone du trait à restaurer, la main droite tenant l’autre extrémité du bâton et faisant levier pour établir le contact de la pointe du pinceau avec le mur, technique implacable pour ne pas trembler et dévoyer la retouche tant le travail est minutieux.
Ingénieux ! Je m’en souviendrai pour mes propres retouches !

N’ayant pas mon appareil photo, je me promets de revenir dès que possible.
Je prends congé de l’hôte en le remerciant et repars vers le parking tout en étant reconnaissant à la providence pour l’inspiration d’être passé par cette petite route.



Officiellement, c’est la plus vieille église de la Corrèze, datant du 11ième siècle (1050 environ pour moi) et situé au lieu dit « La Combe », dont le village a été détruit à l’époque de
« La guerre du bien public »
Vers 1465, elle se traduisit par la destruction du village de La Combe, exceptée l'église, sur ordre de Louis XI, avec interdiction de le reconstruire.
Elle se situe sur la commune de Curemonte, l’un des plus beaux villages de France, non loin de Collonge la Rouge, Turenne, etc. (PUB !).
Les vitraux ont été créés et offerts par Madame Michiyo Durt-Morimoto, conçus et fabriqués dans les ateliers de Kobé au Japon puis acheminés jusqu'à Curemonte où ils ont attendu près de 10 ans le moment de leur pose.

PA100030.JPG


Hier, donc, beau temps !
C’est le bon moment, me suis-je dit, pour y retourner (malgré un bon rhume).
La première chose que j’ai scrutée du plus loin que je puisse voir fût, non pas la chapelle, mais la présence de l’utilitaire blanc !
Il était là !
Je me suis garé de nouveau à côté de lui, puis j’ai commencé par les photos d’extérieur en contournant la chapelle par la face opposée à l’entrée.
En déboulant du mur pignon du fond de l’église pour déboucher sur la face sud et donc l’entrée, je me trouve soudain vis-à-vis de « l’artisan-artiste » qui prenait sa pause en fumant une cigarette.
Je le salue en lui rappelant que j’étais passé quelques jours avant, et en lui demandant si cela le dérange que je prenne quelques photos.
Il se souvient parfaitement de moi et non, cela ne le dérange pas que je prenne des photos.
Ce que je me suis empressé de réaliser, regrettant simplement la présences des échafaudages.

PA100011.JPG


PA100021.JPG


Puis, l’homme a repris son travail minutieux.
Revenant à proximité de lui, je lui ai posé je ne sais plus quelle question.
C’est alors qu’il m’a expliqué quelques bribes de secret des peintures superposées sur quatre ou cinq couches s’échelonnant entre les XIV ième et XVIII ième siècles.
Ayant parfois quelque difficulté de compréhension du fait de son accent, il se peut que j’ai décroché de son discours où il n’était pas question de symbolique malgré quelques tentatives de ma part.

PA100014.JPG


Au bout d’un moment, je le remercie et prends congé.
Je vais dans l’ex cimetière attenant de manière classique et m’assieds sur le socle de la croix en pierre qui fait face au chevet de la chapelle pour être tranquille et mener mon « enquête » habituelle du lieu.
Mais il y a un peu de vent, et mon rhume n’a pas besoin de cela pour l’instant.
Je me replis donc vers ma voiture !
Au moins, je serai à l’abri des courants d’air et confortablement installé !
De toutes façons, une fois connecté, le lieu où l’on se pose des questions sur un autre n’a pas d’importance.
Je commence mes investigations et constate qu’à tous les niveaux émane du féminin, phénomène, présences…
Au bout d’une bonne heure, me reviennent les paroles entendues comme un bruit de fond émanant de la bouche de mon hôte :
« Dames, …….., genre de confrérie…………Malte……. 18ième »
De quoi ? De quoi ?
Dans le bon ordre :
« Il y aurait eu un genre de confrérie (consoeurie, consorie ?) dite des « Dames de Malte» jusqu’à la deuxième moitié du 18ième siècle se réunissant dans cette chapelle ! »
Voilà bien les paroles de mon hôte !
Ni une, ni deux, je saute de la voiture et reviens le voir, imperturbablement juché sur son échafaudage.
Il me confirme bien tout cela mais n’en sait pas plus, et donc ne peut rien me rajouter pour satisfaire ma curiosité.
Un peu frustré, je le remercie et prends de nouveau congé puis regagne ma voiture.

PA100029.JPG


Que pouvaient bien faire des Dames réunies dans cette chapelle ?
Qui plus est, se réclamant de Malte, avec des croix de Malte dans la chapelle ?
Qui dit croix de Malte dit Templiers !
Qui dit Templiers, dit experts en ce que l’on appelle aujourd’hui « phénomènes géobiologiques »

Mesdames, en particulier, si vous ressentez quelque chose qui vous interpelle sur ces photos, merci d’avance de bien vouloir faire un petit retour.
(et Messieurs également ! Il n’y a pas de raison !)

Pour ma part, je reste à l’affût d’infos complémentaires sur ces « Fameuses Dames».

Une chose amusante est la suivante :
Un artiste sculpteur a réalisé cette sculpture devant l’autel tout récemment.
Sans le savoir, il semble qu’il a été inspiré par une certaine énergie avec les sept têtes.

PA100026.JPG
La Foi sans oeuvre est morte!
Aller à l'essentiel!
Avatar de l’utilisateur
Cactus
Coévoluant
 
Messages: 209
Enregistré le: Sam 20 Aoû 2011 11:49

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Jean-Pierre Martinez » Lun 23 Oct 2017 19:47

juste magnifique !

merci pour cette visite commenté.
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Juste ici et maintenant en présence.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Martinez
 
Messages: 4041
Enregistré le: Lun 5 Nov 2007 22:33
Localisation: Limousin - Marval (87)

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar armelle » Dim 29 Oct 2017 13:08

merci ,m'est venu a l'esprit:trésor enterré;et peut etre un réseau cristallin dans le coeur de la chapelle 3eme photo et la photo du dessin sur mur en lien avec sainte trinité?juste un ressenti.merci
armelle
Coévoluant
 
Messages: 134
Enregistré le: Sam 25 Mar 2017 15:58

Re: La petite chapelle perdue

Messagepar Cactus » Ven 10 Nov 2017 15:18

Bonjour,

Merci pour vos retours,
Sophie, JP et Armelle!

En fait, il existait une commanderie de l’Ordre du Temple à 17 Km !
Il semblerait qu’il y ait un lien énergétique direct entre cette église St-Hilaire de la Combe et cette commanderie dite « Commanderie de Puy-de-Noix ».
Peut-être une des raisons (parmi d'autres) de la présence des Dames de Malte dans cette église.

Et non pas la proximité directe de la Chapelle-aux-Saints à moins de 2 Km où résidait, il y a 35 000 ans, l’Homme de Néandertal. ;)

Juste une petite vue de Curemonte:

Curemonte.jpg
Curemonte.jpg (90.54 Kio) Vu 241 fois
La Foi sans oeuvre est morte!
Aller à l'essentiel!
Avatar de l’utilisateur
Cactus
Coévoluant
 
Messages: 209
Enregistré le: Sam 20 Aoû 2011 11:49

Suivante

Retourner vers Lieux, sacrés ou autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré